Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 16:13

J'avais dit que je parlerai de mon expérience du tunnel mais aussi des réticences que j'avais à en parler car cela crée toujours un grand blanc après.

Un énorme blanc qui oscille entre incrédulité, perplexité, suspiction mal dissimulée et fascination morbide ou témoignages plus ou moins sombres, à la limite du spiritisme et du tournante de table

Des rares cas osent parler qui disent toutes avoir vécu ce même détachement. 

Au début, cela me gênait beaucoup, me faisait me taire longtemps encore, mais maintenant je m'y suis habituée.

Je dis ma propre expérience et je laisse les gens prendre ce qu'ils veulent ou ont besoin de prendre.

Il se peut aussi qu'ils ne prendront rien.

Mais pour les autres, ceux qui ont peur de parler, je veux qu'ils osent.

A ceux qui veulent douter, j'entrouve une porte.

Je ne retiens que les fois où cela a fait du bien, c'est toujours une minorité, silencieuse, mais qui grossit au fil du temps. 

Je ne veux convaincre personne, car tout le monde finira pas aller voir un jour et se fera sa propre opinion

Et si cela se produit, svp, je refuse qu'on vienne alors me dire que j'avais tord ou raison, j'aime pô les fantômes 

Mais je veux juste dire qu'il ne faut pas confondre une situation anormale, exceptionnelle, avec la personne qui la vit.

Si la situation semble folle, je ne le suis pas.

Si la question fait peur, c'est la réponse qu'il faut craindre mais pas craindre celui qui la pose.

Je suis faite de cette expérience car elle m'a forgée, mais je ne me résume pas à cela.

Je tenais à en parler parce que le contexte s'y prêtait et que toujours me taraude la question de pourquoi moi ?

Pas pourquoi cela m'est arrivé, non non, mais de pourquoi cela ne m'est pas arrivé.

Pourquoi je ne suis pas morte ?

Parce que un temps, j'en ai croisé des experts qui après le bonjour, me disait dans la foulée "ah, une CIVD ? J'en ai expertisé 7 l'année dernière, toutes sont mortes" et moi, de finir de finir de dire "bonjour Mr, enchantée" et de m'assoir.

Le réanimateur a été adorable qui m'a dit que c'était courant de perfuser autant.

Oui, mais quand au réveil on apprend que toute l'école du fils de la dame qui vous sert le plateau a reçu un appel au don du sang, vous avez du mal à ne pas vous dire que vous avez piqué le sang pour de tas d'autres personnes.

Tout le monde vous rappelle que vous êtes une miraculée, des tas de gens que vous ne connaissez pas se réjouissent de vous voir, ont priés pour vous, ont pensé à vous, vous embrassent.

Et vous, vous plongez dans l'injonction du bonheur, dans la culpabilité du survivant, dans la dette de cet amour qui s'impose.

J'ai eu un début de réponse avec le responsable du centre de transfusions : pourquoi j'avais reçu tant de sang, alors que les autres n'en avaient qu'une dizaine ?

Tout simplement parce qu'elles mourraient avant de recevoir comme moi.

Moi, j'avais tenu assez pour recevoir tout cela.

Et c'est vrai que le rapport de l'inVS dit que la majorité des décès sur les hémorragies de la délivrance pouvaient être évitées avec un diagnostic précoce et un traitement adapté.

J'ai donc juste été bien prise en charge.

Mais je ne peux m'empêcher de penser que si c'était arrivé à 2000km de là, il y a 10 ans de cela, si je n'étais pas dans un pays qui a une sécurité sociale qui se fout d'injecter dans mes veines des ampoules de Novoseven à 4000€ l'ampoule, ben je ne serais pas là.

Et qu'il doit y avoir une raison, qui ne se résume pas à ce que je suis, mais à ce que je ne suis pas ?

Que n'ai je pas encore accompli ? Ai je une mission particulière sur cette terre ?

Ai je quelque chose à faire, à vivre, à bâtir qui vaille tout cet investissement d'amour sur moi ?

Mes enfants seront t ils des êtres si exceptionnels qu'il fallait que je reste pour les élever ?

Que d'orgueil et de responsabilité dans ces questions.

Mais je ne peux me résoudre à penser que tout cela n'ait été que pour moi seule.

Cela fait 9 ans que régulièrement j'y pense, et que j'oublie.

Comment rendre tout cet amour qui m'a été donné.

Je ne le rendrais pas à ceux qui m'ont aidée, je devrais le donner à d'autres.

Mais le fais je assez ? Puis je faire plus ?

Je n'aurais jamais de toute ma vie pour payer le prix de ma vie.

Mais j'essaye, à travers ma joie, mes délires, mes réflexions, des petites mains tendues.

J'ai envie de raconter mon histoire pour aider, et pourquoi pas lancer un appel au don du sang, de plaquettes et de Plasma ?

J'ai envie de dire encore et toujours "vivez, car quoique que vous viviez, l'épreuve ou le quotidien, la Vie est belle" mais aussi vivez conscient de chaque minute car cela peut s'arrêter sans qu'on le veuille.

Mais vivez et mourez apaisé.

Je ne suis pas morbide même si le sujet l'est, je suis pleine de vie et je veux la dévorer.

Je clos ce sujet car pour moi, j'ai déjà avancé et je chante comme Piaf, non rien de rien, non je ne regrette rien, ni le bien qu'on m'a fait, ni le mal, tout cela m'est bien égal.

Balayé mes amours, balayés pour toujours, je repars à zéro.

Et à vrai dire pas tout à fait à zéro car avec mes efforts, en 4 jours, j'ai repris mes 2 kilos perdus !!

Et j'ai hâte de découvrir vos envois.

Je ne sais pas si j'en aurais juste 1 ou 100, peu importe parce que chaque colis ou lettre va compter pour lui même, comme un témoignage du lien que j'aurai su créer par delà l'écran et l'espace.

Parce que ce colis va signifier un élan du coeur, un don gratuit d'une personne à une autre, qui ne me connaît pas mais qui se reconnaît en moi.

Pour moi, cela n'a pas de prix.  

Et puis j'avoue que je suis joueuse et que cela me donne envie de savoir ce qu'on va m'offrir, entre le colis tout gourmand, la petite carte juste pleine d'amour ou les sachets du matin.

Je me demande jusqu'où ira votre imagination, si vous me prendrez au pied de la lettre, ou si vous allez rester sur votre idée, si l'une de vous va oser la conserve de sardines ou de thon, parce qu'il me fallait des protéines.

J'ai envie que ce moment d'épreuve se finisse dans la joie et le partage, je veux du rire, de la vie, du délire, de l'amour.

Mais fichtre, je ne pensais pas que Machamaya dégainerait si vite et si fort !!! (Mais Machamaya elle est super forte et on tricote ensemble, c'est ma copine)

Regardez

 

+ 2 !!

Y a de l'huile et des fines herbes pour mes cuissons futures et 2  pots à tartiner, la première est déjà engloutie, si si !!

Mais surtout il y a cette douceur tricotée tout à fait inattendue

+ 2 !!

J'hallucine !!!

Une paire de chaussettes !!!

Parce que pour elle, le réconfort commence par là aussi !

Je suis épatée !!

Regardez

+ 2 !!
+ 2 !!

Merci Machamaya, tu es une reine.

Et je veux rassurer toutes celles qui avaient juste prévu du thé, ne changez rien à vos projets, parce que les sachets de thé, je peux les infuser et les boire, pas les chaussettes.

D'ailleurs on sait quoi penser des jus de chaussettes.

Mon retour à domicile approche, ce sera pour dans 3 jours on est pile dans le délai des 15 jours annoncés

Allez je repars à zéro et bientôt j'aurais assez de force pour reprendre les aiguilles et on parlera enfin de tricot !!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lounatine 15/03/2016 16:37

Merci tout simplement pour ton témoignage et pour ce bel ode à la vie!

Fatjab 15/03/2016 09:51

Bonjour,
J'écris un commentaire pour.. ne pas laisser ce sentiment de "blanc", de silence. Je n'étais pas venue sur ton blog depuis quelque temps, parce que je pensais que tu ne re-posterais pas si vite, et je suis revenue un peu par hasard, pour relire des vieux billets que j'aime bien :)
Et là je lis tout d'un coup, et je n'en dors (presque) pas de la nuit. Oh, pas pour le récit de ton expérience du tunnel, non, mon compagnon est médecin, il a déjà entendu des patients le raconter, et je crois, justement parce que je suis athée et rationnelle et que j'ai une angoisse terrible du "non-être", du "après" que d'entendre (ou lire) les autres parler de leur vécu, cela me fait du bien. Non, ce qui m'a bouleversé, c'est de lire ce récit de la naissance de tes jumeaux, d'imaginer qu'une mère puisse mourir ainsi ça me plonge dans un état que je ne supporte pas (mais ça c'est mon problème). Alors je voulais te dire que j'aime tes mots, j'aime ton écriture, et je trouve que tu apportes beaucoup à tes lecteurs, quelque soit le sujet. Et puis, même si c'est insignifiant, même si pour certaines raisons je ne peux plus faire de dons de sang mais seulement de plasma, je suis bien heureuse de savoir que cela sert. Un encouragement à continuer ;)

mireille95 13/03/2016 18:37

Bonjour
J admire ton courage et ta philosophie. C est vrai que ce que tu as vecu predispose a la philosophie mais maintenant il faut arreter de te poser trop de questions.Il faut eviter de regarder derriere et de trop se projeter. Vis a fond l instant present et profite de ta petite famille.

armelle 13/03/2016 17:28

Je suis ravie de voir que votre moral remonte aussi vite que votre santé je vous souhaite tout le bonheur du monde après les épreuves que vous avez subies le retour en famille est presque un retour à la vie , profitez en pour vous faire chouchouter un peu gros bisous amicaux

Zahia 13/03/2016 15:31

MADAME, permet moi de t'appeler MADAME parceque tu es une Dame une grande Dame
Tant d'humanité , tant d'humilité !MERCI pour tout ce que tu transmet que ce soit ton savoir tricoter, ta sagesse, ta bonté
J'y reconnais de la fraternité , tu écris des cadeaux savoureux, humoristiques, humanistes ,j'ai toujours envie de te remercier , je ne le fais pas par réserve ,mais j'aimerai t'encourager à écrire , car tu nourri de spiritualité les autres a travers un canal qui semble au départ très basique comme le tricot , mais tu sème des petites merveilles qui font leur chemin chez qui les lis

martichat 13/03/2016 15:06

Bon retour chez toi et continue à te reposer. Profite des jolis cadeaux qui vont t'arriver jour après jour pour te remonter le moral.

Michèle 13/03/2016 11:49

Merci pour ton magnifique témoignage...
Il se trouve que j'ai donné mon sang il y a deux jours... Et je me disais en écoutant les remerciements de l'infirmière que je serais heureuse que ce sang puisse épargner à quelqu'un la peine de perdre un proche, moi qui ait perdu mon fils de 35 ans l'année dernière...
Il est décédé subitement, mais te lire me donne l'espoir qu'il est lui aussi parti vers la lumière, sans peur, sans souffrance...
Et pour avoir vécu un épisode chirurgical en urgence il y a peu, je suis en parfaite empathie avec ta situation aujourd'hui... Bonne convalescence, ma belle !

Maria 13/03/2016 11:20

Puisque je suis de l'autre côté de l'Atlantique, je ne vois pas comment t'aider... la seule chose que je puisse faire c'est de penser fortement à toi, et souhaiter que tu récuperes ta santé le plus tôt possible. Et c'est ce que je fais chaque jour, crois-moi. On est toutes avec toi, et ça fait quelque chose...

Joline 13/03/2016 09:45

Un "bouillon de poulet pour l´âme", le livre de Dannion Brinkley, (Sauvé par les anges).
Il va te régénerer tout dedans !
Bénédictions et merci pour ton partage.
Tu es belle, tu es grande. Un abrazo muy fuerte.

JP 13/03/2016 09:38

oui c'est celà aussi qui aide au rétablisssement, la douceur, le confort, .............je sais
Je fais partie de la minorité silencieuse
Tous mes voeux bon retour dans votre foyer

  • systemeb
  • le tricot est une passion dévorante, alors pour en parler des heures sans lasser les proches, j'ai ouvert ce blog
chers visiteurs, soyez prévenus, je serais intarissable. Mais n'hésitez pas à me laisser vos coms je partage volontiers mes petits
  • le tricot est une passion dévorante, alors pour en parler des heures sans lasser les proches, j'ai ouvert ce blog chers visiteurs, soyez prévenus, je serais intarissable. Mais n'hésitez pas à me laisser vos coms je partage volontiers mes petits

Recherche

Catégories

Liens