Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2018 7 11 /11 /novembre /2018 12:39

Je pensais ce matin vous sortir un petit article sur un ouvrage tricoté quand j'ai réalisé que celui ci devait sortir en priorité site voulais que l'une d'entre vous puisse éventuellement en profiter encore

Je suis allée, sur les recommandations d'une tricopine, voir l'exposition sur Joana Vasconcelos

Si vous aimez l'art contemporain, si vous regardez les arts du fil, sans doute avez vous entendu parler d'elle

Elle fait partie des quelques artistes contemporains à voir, à connaitre, même si on n'est pas spécialement branché art contemporain

D'apprendre que ses oeuvres sont posés dans ma ville jusqu'au 18 novembre 2018, c'était l'occasion ou jamais et j'ai casé une visite sur mon planning 

Par chance, le Musée des Arts est aussi ouvert le dimanche

Je vous  emmène avec moi, car tout le monde n'habite pas par ici

Attention, débauche d'images

Joana Vasconcelos

Le musée des arts est un joli bâtiment, situé pas loin de la place centrale de la Ville, la Place de la Liberté, à 5 minutes de la gare ( avec TGV), de parking ( payant) et face au cinéma Pathé Liberté.

C'est donc bien desservi par le train, la voiture, le bus

Et l'avion depuis Paris, c'est 1h15 via Hyères et ses plages

Joana Vasconcelos

Passons la porte

Joana Vasconcelos

Je ne commente pas, je vous laisse découvrir par vous même, car l'art contemporain, c'est un art qui pousse à chercher le sens, la beauté là où elle ne semble pas évidente

C'est un art qui secoue, provoque émotions et réflexions

C'est parfois un art qui dérange

Et pour ma part, c'est aussi l'occasion pour moi de passer du C'est beau/ pas beau ?, à Pourquoi ? et dans le cas de Joana Vasconcelos, à Comment ?

C'est un art non pas passif ( je suis juste spectateur, je contemple), mais un art actif, qui interagit avec soi

Joana Vasconcelos

Cette oeuvre, immense, qui déroule ses bras, s'appelle It's raining men

"Il pleut des hommes", en référence aussi à la chanson des Spices Girls des années 80/90 de sa/ma jeunesse

Joana Vasconcelos

Le dessous.

Bon finalement je ne résiste pas, je vais faire un peu de commentaires, cela ne me laisse pas indifférente : dans l'ordre des pensées :

Ciel, on dirait un étendoir à linge,

puis Mon dieu, quel travail !

puis, C'est de l'art ? je pourrais dans doute en faire autant

puis Haha, ce serait rigolo s'il pleuvait des hommes ainsi, du ciel

puis, Ai je connu autant d'hommes dans ma vie ? Que ferais je s'il me pleuvait autant d'hommes du ciel ?

Que se passerait il s'il pleuvait réellement des hommes, des humains du ciel ?

Quelle place a donc l'homme sur terre  ?

Vient il du ciel ?

Et puis de nouveau, Comment techniquement a t elle fait cela ?, je regarde plus en détail

Joana Vasconcelos

Première salle :

Je n'ai pas noté le nom de l'oeuvre, décrite par Joana Vasconcelos comme une manique géante

j'y vois un sein, une méduse ...

Joana Vasconcelos

De près, du crochet...

 

Joana Vasconcelos

Quel contraste entre ces couleurs presque criardes et l'ensemble, plus doux !

Quel contraste entre des simples rangs de mailles serrées et cette oeuvre immense !

Je me questionne sur notre regard, notre capacité à voir, on se positionner selon qu'on aborde et regarde les choses, les situations, les gens depuis une perspective différente

D'emblée je me questionne sur celle qui peut être amenée à créer et exposer ce genre d'ouvrages

Je vous ai dit que depuis mon voyage à Bali puis à Séoul, je me pose la question de la laine comme art dans les rues ?

Laine comme art, vecteur d'art et non pas juste comme matériau utile pour m'habiller ?

Joana Vasconlos est Portuguaise, un pays où le crochet est roi

Voici des infos sur elle et son oeuvre

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Revenons à la salle

Joana Vasconcelos

Je suis perplexe sur la signification,  je ne prends pas la peine de lire le titre...

Alors la tricoteuse en moi se penche et se demande comment techniquement elle obtient ces bulles ?

Joana Vasconcelos

Augmentations ? Diminutions ? couture ou pas couture ? Acrylique sans doute ...

Joana Vasconcelos

Azuleros et laine surement

Joana Vasconcelos

Autre oeuvre :

Aquarela 2014

Joana Vasconcelos

Même cheminement de pensées : 

J'aime ou j'aime pas ?

réponse, je ne sais pas

Cela montre quoi ?

Tant pis, regardons comment c'est fait

Joana Vasconcelos

Et là, franchement j'admire l'imagination et la réalisation

C'est si dur de faire du crochet free forme

Je serais incapable d'imaginer de remplir une toile blanche.

Je ne suis pas une artiste

Joana Vasconcelos

Je ne cherche plus à comprendre, je regarde la technique

Joana Vasconcelos

Je me laisse glisser dans les détails, comme un effeuillage de gourmandises laineuses

Joana Vasconcelos

Ce plaisir que j'aurais de contempler un ouvrage laineux fini quel qu'il soit, celui du travail fait

Joana Vasconcelos

Je me laisse porter par le plaisir, celui d'imaginer que je l'aurais fait

Un peu comme lorsque je suis dans une boutique, à me projeter en regardant une pelote

Joana Vasconcelos

Ce n'est que régal, temps suspendu, plaisir des sens par évasion

Tout est couleur, multitude, liberté

Joana Vasconcelos

A voir les gens qui entrent regardent et sortent en moins de 20 secondes, je me pose la question du regard

La beauté est elle dans l'oeil de celui qui regarde ?

Surement, si j'en juge par ceux qui restent et dégustent comme moi.

Je repasse dans le hall

Joana Vasconcelos

Direction la petite salle vidéo, le coin des enfants et aussi des films sur l'artiste

Joana Vasconcelos

Napperons, une jolie tradition portuguaise

Avec un regard d'enfant, je ne verrais que la couleur, les fleurs

Fi de la technique, fi de l'usage de cet objet

Joana Vasconcelos

Napperons, dessous de table en laine feutrée

Laine et art, art au quotidien

Quelle place pour l'art dans ma vie ?

Comment la rend je belle ma vie ?

Comment sont mes enfants face à l'art ?

Est ce que je sais les guider, les y ouvrir ?

Joana Vasconcelos

Retour dans le hall

Toujours ces hommes qui pleuvent

Ah, des pantalons maintenant, après les chemises et les cravates...

Y aurait il un sens, un ordre dans cette oeuvre ?

Joana Vasconcelos

Certains sont découpés de patch de laine, comme ces pantalons qu'on rafistole pour les faire durer plus longtemps ou les personnaliser

Quelle place pour le textile dans notre vie ?

Quelle place pour le textile dans l'environnement ?

Comment consomme t on ?

Fabriquer des vêtements, c'est polluant 

( cliquez sur les liens en gros et soulignés )

Combien ai je moi même consommé -et donc pollué- depuis ma naissance, celle de mes enfants ?

Tricoter pour moi même des vêtements, est ce un acte de loisir, ou un acte de résistance ?

Comment consommer du textile autrement  ?

Joana Vasconcelos

Et pour renverser les conceptions, ci dessus un porte papier toilette

Ci dessous, Marcel Marcel 2017

Joana Vasconcelos

Oui, ce sont 2 pissotières, version fille

Joana Vasconcelos

Bon, je vous épargne mes monologues sur la place des hommes et des femmes, de ce que disait Freud  sur l'absence ou présence de zizi

Mais je suis avec plaisir secouée par le simple fait qu'orner un truc laid et sale, pratique par définition, avec de la dentelle et du rose, de l'improbable, puisse provoquer en moi tant d'idées et de questionnements

C'est quand même super fort

Et si saurais le refaire techniquement, je mesure ce qui fait la différence entre un artiste et moi, entre un grand artiste et celui qui fait juste du beau, de l'harmonieux ou de l'esthétique mais sans sens.

L'oeuvre suivante, Kilimandjaro 2015

Joana Vasconcelos

Parfois quand même, je reste perplexe et je ne comprends pas

On est dans la série laine et évier

Peut être un questionnement sur d'où vient l'eau qui sort de nos robinets ? sur le cycle de l'eau qui viendrait des hauts sommets de la montagne ?

Sur ce cycle et sur moi dans ce cycle ?

Sur la manière dont j'entretiens mon corps et mes ouvrage laineux ?

Ou bien sur ces laines teintes à la main que j'utilise ?

Joana Vasconcelos

Bon, allons vers l'oeuvre suivante :

Spring springs 2015

Joana Vasconcelos

Un évier de porcelaine

Joana Vasconcelos

J'avoue que je ne comprends pas toujours le message sous jacent. Mais y en a t il toujours ?

Par contre, je tombe en arrêt devant Ishtar gate 2017

Joana Vasconcelos

Ishtar...ah, Ishtar !

C'est une déesse de Mésopotomaie, vénérée durant plus de 3000 ans par les Akkadiens, les Sumériens et les Mésopotamiens, comme la déesse de l'amour et de la guerre, l'image de la femme, un féminin libre de toute tutelle masculine, l'inverse de la norme dans une société patriarcale

Et la Porte d'Ishtar est une des 8 portes de la vile de Babylone, dédiée à Ishtar, toute de décorée d'un beau bleu, et orné d'or et de taureaux et de dragons dorés

 

 

Joana Vasconcelos

Je retrouve ici l'idée même de cette porte

Et cette idée de chaine, dont on veut s'émanciper

Chaines intimes ou chaines externes pour devenir une femme vraiment libre

Joana Vasconcelos

Je ne peux qu'adminer la manière dont on a techniquement crocheté un bleu qui change de ton et qui passe à l'or !

Joana Vasconcelos

Un de mes préférés

Allez on ressort dans le hall

Joana Vasconcelos

Ingrato 2017

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Ou comment rendre poétique la violence potentielle, le sang, la peur, la fierté des toreros

Joana Vasconcelos

Gary 2015

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Un éloge à la délicatesse et la lenteur commune entre le tricot/ crochet et l'animal 

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Petites mains, un joli film sur les personnes qui ont aidé à réaliser les ouvrages, prise en actions nias divers endroits du monde.

J'y vois comme une allégorie à toutes ces petites mains du quotidien à travers le monde, unie autour de la laine

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Retour dans le hall, cette fois ci au pied de l'escalier, le It's Raining Men vu par dessous

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Hihi, des poches

Mais quel travail !!

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Ceintures et d'autres pensées me viennent, bien rendu par la forme agressive, en massue

Joana Vasconcelos

Luso Nike 2006, en référence à la marque de baskets Nike

Joana Vasconcelos

Azuleros , si féminins pour certains

Joana Vasconcelos

Et chaussures 

Ce ne sont que des chaussures de la marque

De quoi donner des sueurs à des collectionneuses

Ou comment être girly mêem en baskets et se questionner sur l'usage ( la fonction) et sa valeur d'usage d'un objet par rapport à sa valeur d'estime, celle qu'on lui accorde

Joana Vasconcelos

Passerelle 2005, quand on appuie sur la pédale, les chiens de faience tournent de plus en plus vite, et s'entre choquent et se brisent.

Abattoire ? Animaux ? Violence des relations ? Vitesse et précipitations ?

En tout cas quelque chose de bruyant, dérangeant

Joana Vasconcelos

Entre deux, je crois pour le titre

Ou une réflexion sur l'amour, être 2, les liens qui nous unissent nous lient, nous entravent

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Admirez la manière dont les fils sortent du tapis

Joana Vasconcelos

Je ne me souviens plus du titre, mais clairement quelque chose qui sort du cadre

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Pas de deux 2002 :

2 statues, recouvertes de napperons, j'adore !!

Ou comment rendre les statues moins glaciales

Une réflexion sur ce qui voile et dévoile

Joana Vasconcelos

J'admire et la statue et le travail pour les recouvrir

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Perplexitude devant les oeuvres suivantes  : Love in a box et Stainglass house en verre de Murano

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Hum, j'aime moins celui ci, un étendoir avec des lampes

Joana Vasconcelos

et de photos éclairées  dans la nuit

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Fashion victims 2018

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Un dénonciation des victimes de la mode

Et c'est amusant de voir que les bobines se déroulent réellement 

Joana Vasconcelos

Et de déplorer ensuite le gâchis de fils utilisés

Mais nos vêtements que l'on jète, n'est pas une autre forme de gâchis de fil utilisé ?

Joana Vasconcelos

Style for your hair 2000

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

La version cheveux, ce qu'on montre, ce qu'on modifie, ce qu'on cache

Faut il encore souffrir pour être belle ?

Joana Vasconcelos

Euro Visao ( Eurovision ) 2005

Joana Vasconcelos

Ou quand le Portugal passa à l'Eurovision

La place du quotidien dans nos vies

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Retour dans le hall

Joana Vasconcelos

Ces hommes pluvieux m'amusent de plus en plus

J'imagine le plaisir de la créatrice à collecter les vestes et les pantalons, à chercher le rare, l'improbable

Mais ne fit on pas de même avec l'homme de sa vie ?

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Et je souris, en pensant que si elle trouve ces vestes, c'est qu'à la base, elles existaient et que des créateurs on envisagé que des hommes puissent porter de vestes roses rayées de blanc

Joana Vasconcelos

ou même des vestes jaune canari

Où donc cela peut il être

certainement loin de ces hommes en costumes cravates air ou noir

Et ma pensée voyage vers des pays lointains, riches de couleurs et de diversité

Où la joie et la vie se vit en multitudes

Joana Vasconcelos

Voici une photo de l'artiste, plein de malice

Joana Vasconcelos

Voici une ébauche de sa manière de travailler

Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos

Un dernier regard sur l'oeuvre.

Voilà, je voulais via le blog vous emmener ailleurs, tout en restant sur le fil de la laine

Joana Vasconcelos

Je vous propose de laisser dans les commentaires vos impressions sur cet exposition, si vous avez été la voir, si vous souhaitez y aller

Si vous avec vu d'autres oeuvre de Joana Vasconcelos

Si vous avez été touchées par d'autres artistes

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
merci pour ce voyage extraordinaire
Répondre
C
Artiste qui m'était inconnue. Sublime exposition hétéroclite, sans fin : du beau et des heures de travail qu'on ne peut plus compter. De l'imagination, du merveilleux.
Et, avec les réflexions, les commentaires enrichissants de systemb, qui parachèvent .. !! -merci-
Répondre
A
Une exposition très riche d’une artiste qui n’ est inconnue . Merci d’avoir pris autant de temps pour nous permettre de voir le fil autrement.
Répondre
C
Mille mercis de m'avoir fait découvrir cette artiste et son univers. Et votre oeil affuté nous fait savourer ces oeuvres qui interrogent, questionnent, provoquent mais il me semble, et vous le dites très bien, que l'art, c'est l'intranquillité. C'est le vacillement des certitudes et et le renouvellement du quotidien . Encore merci.
Répondre
M
Un régal ce reportage ! Autant les empilements de vêtements et de cravates me laisse assez indifférentes autant j'adore ses créations au crochet. Elle a une imagination débordante et comme tu le dis le freeforme c'est pas donné à tout le monde. Merci pour la balade, biz
Répondre
C
Très bel article, très intéressant et bien écrit. Je reviendrai. A bientôt.
Répondre
H
superbe ton reportage je trouve cela magnifique dans l ensemble: quelle imagination
et le rendu meme si il nous laisse "perplexe" quelque fois, est extraordinaire et tu as su nous faire visiter son expo et attirer notre attention sur cette jeune portugaise
je n'ai plus le temps de venir voir l 'expo a Toulon mais j'irai voir la station Ferber du tramway!!tu as aiguisé ma curiosité!!! bisous ma belle et continues a nous faire vivre tes decouvertes
Répondre
K
c'est quand même très particulier, un peu loufoque je n'aime pas tout mais certaines oeuvres m'ont fait sourire et je ne sais pas encore quoi en penser ... mais il faut de tout pour plaire et cette artiste a bcp d'imagination en tous cas
je ne ferai pas le déplacement néanmoins pour voir reellement ce que cela donne en vrai ,je esuis trop loin , dommage mes attaches sont a peu de km de toulon
merci pour nous faire connaitre cette expo tres insolite
Répondre
L
Etonnant, dérangeant, magnifique !
Merci pour cette découverte !
Répondre
E
On aime ou on aime pas certaines oeuvres mais quelle imagination! et quel travail! Les dentelles et la statue sont magnifiques. Merci beaucoup pour ce partage insolite. C'est une belle decouverte.
Répondre

  • systemeb
  • le tricot est une passion dévorante, alors pour en parler des heures sans lasser les proches, j'ai ouvert ce blog
chers visiteurs, soyez prévenus, je serais intarissable. Mais n'hésitez pas à me laisser vos coms je partage volontiers mes petits
  • le tricot est une passion dévorante, alors pour en parler des heures sans lasser les proches, j'ai ouvert ce blog chers visiteurs, soyez prévenus, je serais intarissable. Mais n'hésitez pas à me laisser vos coms je partage volontiers mes petits

Recherche

Catégories

Liens