Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 10:50

Hier matin, il y a eu un nouvelle étoile dans le ciel

Mais contre toute attente, il y a de la peine, de l'émotion mais pas de chagrin, pour aucun d'entre nous 

Que j'aimerais arriver à être comme ça, totalement sereine face à la mort, sereine face à ceux que je laisse et capable de partir de manière à que ceux qui restent ne gardent que le positif

Je réalise aussi, à travers tous les deuils vécus ces dernières années, que ceux qui partent laissent des traces, ils nous laissent sans que nous le réalisions de suite une part de ce qu'ils étaient, de leur caractère et de leur conception de la vie 

C'est un peu comme si en partant, ils laissaient ici en partage la majeure partie d'eux, une partie vivante d'eux et que cela nous enrichissait

Ce n'est pas leur mémoire ou leur souvenir qu'on chérit, c'est d'eux même qu'on hérité en nous 

Nous devenons ce qu'ils étaient 

On se nourrit de nourriture mais on se nourrit aussi de pensées et d'émotions, on se nourrit donc des autres

Cela veut dire qu'on est fait de ces échanges et de ces souvenirs tout autant que de plats

Cette énergie, je la ressens comme jamais depuis mon voyage. Il me semble renaître en même temps que je peux et que je veux ( ou que je veux et que je peux)

Je retricote activement tout en travaillant tout aussi activement et je ne désespère pas de dire enfin au revoir à mon kiné 

9 mois, n'est ce pas une bonne date pour renaître de soi ?

Voici les photos d'un nouveau New York, plus vert que celui que j'ai pu visiter il y a quelques années

New comme New York

Dans New York apparaissent des marchés tels que nous les connaissons en France mais qui sont inimaginables à qui sait les précautions d'hygiène de là bas

Sur cette carte il y a la liste des marchés verts de New York, où sont vendus des productions locales

Parce que oui, il y a pleins de fermes à New York !

New comme New York

Mais qu'on ne s'y trompe pas, on reste au pays de la démesure et de l'abondance

Regardez la taille des radis, presque des pommes !

New comme New York

Du potiron parce ce que c'est la saison, mais je devrais plutôt dire Des potirons

New comme New York

Beaucoup de production locale de pommes

Des pommes de la Grosse Pomme, n'est ce pas une évidence ?

New comme New York

Et parce que New York est la capitale, on trouve de tout

Mais la vie reste chère par rapport à l'Europe : oui, le prix est bien pour une branche

New comme New York

J'adore le bouquet de piments

New comme New York

J'étais sur le marché de Union Square 

Et pour rester sur la nourriture, voici en comparaison les autres boutiques  

New comme New York

Il y a aussi un rayon de produits frais et c'est extraordinaire, on trouve aussi de l'Aloe Vera et du Cactus

New comme New York

Mais entre les rayons, un début de changement 

New comme New York

Et pour prendre la mesure de la démesure, comparez donc la taille de la dinde

New comme New York

Mais dans le magasin, pas mal de prêt à manger et j'ai payé quasi le même prix du à cuire que du tout prêt

Difficile dans ces conditions de lutter contre l'obésité et les déserts alimentaires

Et je vous invite à lire cet article en français sur Rob Greenfield pour réfléchir sur notre rapport à l'abondance 

New comme New York

Mais parce que je voyage avec les enfants, un petit tour au bar à biscuits s'impose

New comme New York

Puis une petite visite de la ville vers le Flat Iron, si plat qu'on se demande comment y vivre

New comme New York

Et sa version Lego, dans la boutique en face

New comme New York

Si vous allez à New York avec les enfants, sachez qu'on peut jouer dans la boutique

( et les parents peuvent rester assis )

New comme New York

Dans un autre genre, la boutique Nintendo, où on peut aussi jouer, quelque soit l'âge et le pays d'origine

New comme New York

On y trouve un musée des vieilles Nintendo et même une DS qui a fait la guerre du Golfe et qui marche encore

Mais je m'égare, revenons à notre laineux

Le prochain post sera laineux, le temps de vous télécharger les photos

EDIT : voyez vous toutes mes photos dans le bon sens ?

Repost 0
9 novembre 2017 4 09 /11 /novembre /2017 17:29

Je suis partie à New York avec les petits afin de les immerger dans le pays, dans la langue, afin de les ouvrir à l'anglais

Quoi de mieux qu'Halloween pour une immersion totale afin qu'ils osent parler d'eux mêmes ?

C'est aussi pour moi l'occasion de découvrir de l'intérieur une fête importante pour les américains.

Mais je n'aimais pas l'idée d'une fête uniquement commerciale, alors j'ai ressorti la cape de Dracula et je l'ai recyclée, j'ai cousu une longue tunique dans un tissu noir et acheté 3 chapeaux de sorciers et nous voilà devenus la Wizard Family

Attention, avalanche de photos parce que j'avais envie de vous emmener dans mes bagages

Première étape, le métro

Halloween à New York

Je pensais que pour Halloween, les rues et les métros seraient pleins de personnes déguisées 

Je n'ai vu que de très jeunes enfants, de mois de 6 ans, accompagnés de leurs parents, le plus souvent dans des costumes achetés, transportant leurs seau de bonbons et faisant la queue dans des espaces dédiés

C'est parce que il n'y a pas tant d'enfants à NY, les familles allant habiter d'avantage en banlieue 

Nous voici donc à Grand Central, la mythique gare, pour nous rendre dans le nord

Les costumes font clairement sensation, nous posons pour quelques photos

Halloween à New York

Nous partons et rapidement la ville s'éloigne et on pourrait presque se croire au bord de la mer tellement nous sommes proches de l'eau

C'est que New York, c'est surtout composé de plusieurs îles, la plus grande étant Manhattan 

Halloween à New York

Dans le wagon, ma voisine est aussi déguisée : elle est habillée normalement et arbore par contre un magnifique couvre chef, fait d'une casquette modifiée, avec des feuilles et des LED

Elle est fort sympathique et nous discutons allègrement scolarité car elle est professeur.

Les américains ont vraiment le contact facile

Halloween à New York

Nous descendons à Philipse Manor, à presque 1h de Grand Central

C'est dans cette ville qu'a été tournée le film Sleepy Hollow, la légende du chevalier sans tête avec Johnny Depp

La ville en est fière et joue chaque année le jeu d'Halloween

Halloween à New York

Le train s'éloigne, on est déjà loin des images de la ville et des grattes ciels

Halloween à New York

Il y a un signal pour dire qu'on participe à Halloween : les maisons sont décorées

Une simple citrouille posée sur le perron fait l'affaire mais parfois on sort le grand jeu

Halloween à New York

J'aime cette lumière et ces couleurs d'automne et la vue de ces maisons immenses dans ces terrains vastes me ravit

Mes 2 sorciers marchent devant

Halloween à New York

Ils songent à la prononciation de la fameuse phrase : "Trick or theat", des bonbons ou un sort

Mais ils n'osent pas se lancer

A vrai dire la maison les impressionne et parler anglais leur semble impossible. Timidité ...

Halloween à New York

Alors on tente une seconde maison

La décoration semble prometteuse et il y a du monde

Halloween à New York

Allez, c'est parti

Halloween à New York

Ils sonnent et très vite on leur ouvre, car visiblement on nous guettait

 

Halloween à New York

A peine le temps de balbutier la phrase qu'on leur tend les bonbons

Ils réalisent que c'est agréable et facile de recevoir des bonbons 

Quant à moi, j'admire le sens de l'humour des décorations 

Surtout le petit chien sous le cheval

Halloween à New York

En Amérique du nord, il n'y a pas de barrière autour des terrains

Halloween à New York

J'admire les différentes maisons, toutes différentes, toutes impressionnantes

Halloween à New York

Oh, celle ci semble bien décorée, approchons nous

Halloween à New York

Pendant que les enfants attrapent les bonbons, moi, je ris sous cape de l'humour de certaines décorations

Halloween à New York

Ah, celle là, j'adore !!

Halloween à New York

Je me prends au jeu !

De la joie, de la simplicité et du partage

On décore les maisons pour soi, mais visiblement aussi pour les visiteurs

Personne ne s'offusque que je prenne des photos,  cela semble même apprécié

Halloween à New York

Mais derrière ces maisons décorées pour l'occasion, j'entrevois le quotidien et une vie dans laquelle je peux me projeter

Qu'on serait bien les soirs, à tricoter sur ces chaises sous le grand arbre !

Halloween à New York

Depuis que nous marchons, les rues semblaient vides

Mais enfin nous croisons du monde : des enfants déguisés mais aussi des adultes, dont une Beauty et un Beast ( la Belle et la Bête )

Halloween à New York

Dans cette maison, non seulement on décore, mais il y'a une bande sonore funèbre du meilleur effet

Les rues sont larges et longues mais on passe rapidement d'une maison à l'autre 

Il y a beaucoup de gaité, les enfants sont excités et maîtrisent maintenant sans soucis la phrase

ils ont vite compris Candy, Hello, Thank you, You're Welcome, happy Halloween mais également Twins ( jumeaux ), Witch et Wizard ( sorcière et sorcier) 

Tout est dans l'usage et la motivation

Halloween à New York

Certaines maisons mettent de la fumée tandis que d'autres apparaissent funèbre à mesure que le soleil se couche

Halloween à New York

Je marche et je regarde le paysage, les maisons

J'imagine les gens qui y habitent, leur vie, leur quotidien

Je songe à ce qui nous différencie et ce qui, malgré tout, nous ressemble, nous rassemble

Je commence à comprendre l'importance de cette tradition aux USA

Nous fêtons la Toussaint en même temps que le Jour des morts en France, et nous allons seulement fleurir les tombes

C'est une fête de Tous les Saints, Toussaint, qui est plutôt triste et solennelle, vouée au souvenir

Or diverses cultures apprivoisent la mort à travers des cérémonies collectives, souvent joyeuses

Ainsi à Madagascar, on déterre les défunts et on les rhabille d'un nouvel linceul à l'occasion de la Cérémonie de retournement des Morts, le Famadihana

Au Mexique, la Fête des Morts, Dia des Los Muertos est gaie et colorée, on offre des têtes de mort en sucre.

En Sicile, lors de la Fiesta Dei Morti, les enfants sont emmenés dans les catacombes pour leur faire toucher les os et ne pas tromper le contact avec les morts. Et des petits gâteaux en forme d'os, les Ossa Dei Morti sont distribués. Ici, un extrait d'un livre parlant de cette Fiesta

Quelles similitudes de lier ainsi enfance, mort et tradition à travers une Fête. La mort ainsi décrite n'est pas un mort qu'on oublie, mais une continuité de la vie, qui fait partie de la vie, qui ne fait pas peur.

Pour ce qui est d'Halloween, il me semble que cette fête célèbre également un lien social, car les espaces sont grands, les gens circulent en voiture et voir tous ces enfants joyeux, ces portes qu'on ouvre volontiers, cette distribution abondante pour moi, c'est du partage, l'abondance de la vie et des liens qui rendent la mort tellement plus acceptable et intégrable.

Halloween à New York

Mais je cause, je cause et la nuit tombe

Je réalise que nous sommes venus un peu tôt ( mais pour les photos, c'est tellement mieux )

C'est seulement à la tombée du jour que les enfants sortent. Il y en a maintenant de tout âge, jusqu'à l'adolescence.

Une fois encore, je rêve à la vie que j'aurais eu si j'habitais une maison avec un tel patio,, j'imagine les ouvrages qui y prendraient vie

Décidément, la douceur de vivre ne se conjugue pas qu'en français

Halloween à New York

Et c'est au crépuscule que les potirons évidés s'illuminent et qu'on découvre de ces d'oeuvre tel ce Yoda taillé 

Halloween à New York

Si les maisons sont impressionnantes, les décorations le sont parfois tout autant

Halloween à New York

A force de voir les enfants quémander leurs bonbons, je me suis approchée pour voir comment cela se passait :

Bigre, il y en a des provisions !!!

Halloween à New York

A mesure que le nuit tombe, les décorations prennent parfois un aspect plus inquiétants

Et je m'étonne de voir monter une sourde angoisse

Et je me surprends à lutter contre 

Et je réalise que Halloween peut aussi servir à apprivoiser la mort

Halloween à New York

Et parfois, la vie, une fois encore reprend le dessus 

Ci dessous, à côté du squelette, se sont cachés 2 petits enfants déguisés en gorille, sortant à tour de rôle du bosquet et riant tel des automates

L'effet est saisissant 

Et on rit de voir ces petits galopins s'amuser à nous faire peur

C'est joyeux Halloween, décidément j'aime !

Halloween à New York

Dans le soir, dans le noir, mes petits sorciers eux mêmes doivent impressionner les habitants

Halloween à New York

La quête continue et dans la nuit, chaque porche devient alors une lumière rassurante où se retrouver, où trouver partage et humanité, sous le regard surpris de ces citrouilles

Halloween à New York

Je me régale toujours autant de la créativité humaine, qui transforme une tige en nez, qui sait voir et créer la beauté de tout

Halloween à New York

Ici, c'est le pays du grand, de la démesure

Halloween à New York

Pour distribuer des bonbons, on revêt son habit de lumière et on habille son logis

Halloween à New York

Mais maintenant, je sais qu'il ne s'agit plus d'une simple distribution de bonbons et de déguisements 

Halloween à New York

Il s'agit de faire revivre chaque année une tradition, laquelle s'inscrit dans une culture

Halloween à New York

Notre balade aura duré à peine plus d'une heure sur place ( il faut faire attention au train du retour) mais il m'a semblé avoir changé d'espace et de temps

D'avoir plongé dans quelque chose d'intense et d'immense, d'intemproel

D'avoir touché du bout du doigt un petit bout de la vie des gens, un petit bout d'Amérique 

Nous reprenons le train du retour, revenant dans cette ville où dans l'après-midi avait eu lieu un attentat

Le contraste dans la tête est intense et je songe à nos attentats à nous, en France

Je m'attends à la même stupeur, la même émotion et j'hésite à participer à la parade du soir

Finalement, c'est le sommeil de mes sorciers qui me dictera notre retour

Halloween à New York

Et dans le métro, je croise nombre de jeunes partis pour la parade 

Un Chewbacca et un légionnaire très péplum 

Halloween à New York

Ici, dans les rues,l'émotion qui domine est la joie

Nulle trace de ce qui s'est passé dans la journée

C'est une autre pays, une autre perception 

Et je songe aussi à ce qui nous différencie parfois.

Et le lendemain, les enfants étalent leur butin et ils sont déjà prêts à recommencer l'an prochain

Et moi aussi !

Halloween à New York
Repost 0
8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 23:37

Je suis partie pour les vacances de la Toussaint rendre visite à mon oncle qui vit ses derniers instants

Et par chance, je suis arrivée encore à temps et à cette heure, il est encore avec nous

Mais quelle claque mentale j'ai pris. Je suis partie très fatiguée, et je pensais que cela serait difficile et triste

J'ai pu voir un homme regarder la mort en face et l'attendre avec tranquillité

Nous nous sommes quittés comme d'habitude, comme si nous allions nous revoir

Qu'il est bon de pouvoir accompagner autrui, même brièvement

Qu'il est bon de dire au revoir et non pas adieu, même si c'est un adieu

Mais il a quand même dit qu'il était heureux et surpris de nous voir si nombreux à son chevet.

L'autre surprise a été de retrouver une grande partie de la famille et d'avoir partagé un moment de pure joie, de rire, d'insouciance 

J'y ai puisé une telle énergie, un tel stock d'amour

Alors je voudrais partager avec vous le positif

Certaines d'entre vous m'ont écrit en privé rêver du Canada

Alors voici quelques photos, en mode immersion.

Quelques photos de maisons

Celle de gauche est parée pour Halloween

Toussaint au Canada

Et l'arrière, on ne songe jamais à l'arrière 

Toussaint au Canada

Les rues sont immenses

Toussaint au Canada

On a été faire la marche des Zombies à Montréal, en se déguisant.

J'ai pris un balai alors en route la petite tribu de sorciers !

Toussaint au Canada

Tout est grand

Toussaint au Canada

Il y a aussi bon nombre de grattes ciel

Toussaint au Canada

Il y avait un monde fou sur la place des festivals

Toussaint au Canada

Ce fut gai, très bon enfant.

Les adultes comme les enfants sont déguisés. tout le monde joue le jeu, se prend en photo, se laisse prendre en photo.

Les canadiens sont A DO RA BLES.

Et ils adorent faire la fête, en toute simplicité.

Pour moi, le mot qui les définit le mieux est authentique 

J'ai aussi pu déguster la gastronomie canadienne dans un petit resto de bord de route

Toussaint au Canada

Ci dessous, de la Poutine, des frites avec des morceaux de fromage blanc, nappés de sauce marron, en dessous des hot dog à la vapeur et au chou, ainsi que des rondelles d'oignons frits

Toussaint au Canada

Dire que gamine, j'adorais le Pogo, saucisse sur un bâton entouré d'une pâte frite ...

Toussaint au Canada

On mange aussi une délicieuse Smoked meat, un sandwich de viande fumée, où clairement le pain, il est juste là pour ne pas se salir les doigts

J'adore !

Toussaint au Canada

Rassurez vous on mange aussi très bien au Canada, où on trouve des plats très proches de ce qu'on a en France

Toussaint au Canada

Y a des Bagels, proximité des USA oblige, mais aussi du pain, héritage français oblige

Toussaint au Canada

Et parce que c'est presque Halloween 

Toussaint au Canada

J'ai ensuite repris la route pour revenir à New York

Toussaint au Canada

J'ai l'impression de conduire un tank et je ne suis pas à l'aise avec la conduite automatique

Et je n'ose pas dépasser les gros camions (ici c'est un riquiqui par rapport aux autres )

Toussaint au Canada

Nous prenons la route qui relier Montréal à New York, traversant de magnifiques paysages

Toussaint au Canada
Toussaint au Canada

Mais je ne verrais pas les Catskills car le temps se gâte rapidement, nous subissons une tempête tropicale qui remonte depuis New York

Toussaint au Canada
Toussaint au Canada

Rapidement la visibilité sera nulle, surtout quand tombe la nuit

Toussaint au Canada

Je me contente de suivre les feux d'un gros camion

Les messages d'inondations se mutliplient et nous finissons par arriver sains et saufs en traversant un New York quasi vide

Mon dieu, des fois, je me dis que je suis bien dans mon quotidien

Et des fois, je suis contente de sortir de mon quotidien car cela me pousse à bouger mes limites.

Et cela m'ouvre des perspectives et allume d'autres envies

La suite au prochain billet ( avec là aussi pleinnnnns de photos )

Repost 0
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 12:19

J'avais fait un article mais qui n'a pas été bien sauvegardé, alors je le recommence :

Dans le cadre du swap sur Ravelry, à mon tour j'ai été gâtée par CarineLM

Sacré Coeur shawl

Dans ce colis, il y avait des douceurs faites maison, avec un thé parfumé, qui fait dire que l'extase, cela se passe aussi au niveau olfactif

Sacré Coeur shawl

Il y avait aussi un petit carnet, joliment décoré

Sacré Coeur shawl

Ce carnet, il est juste parfait car il est tout simple et bien utile, tout ce qui me plait en ce moment, moi qui trie et jette un maximum ( et je n'ai pas fini )

Car il va le servir de Bullet Journal, un bien joli Journal d'ailleurs

Sacré Coeur shawl

Voici comment je l'utilise : comme une liste de course, tout en simplicité

Mais je coche la case quand c'est fait et à moitié lorsque c'est en partie fait et qu'il faut compléter

Cela me permet de laisser tout visible, moi qui barrais avec jubilation mais perdais du coup des informations

Sacré Coeur shawl

Une autre carte maison, à mon image, faite à l'étiqueteuse et qui semble contenir un ouvrage laineux

Sacré Coeur shawl

Ouvrons le

Sacré Coeur shawl

Humm, cela sent des troustrous et des picots, absolument, superbement et très Tout-moi-quoi.

Allez, on le déplie

Sacré Coeur shawl

La laine est une merveille :

C'est de la Coolree, 65% de soie et 35% de bébé chameau

Doux et léger donc

Et le coloris est Terracotta

Vous n'avez pas rêvé, en ce moment j'explore les coloris automnales, marron, orange

Et cet orange épicé a tout de suite fait tilt à CarineLM

Sacré Coeur shawl

L'écheveau lui aussi provient d'un cadeau de Minh,

C'est une jolie ronde

Zoom sur l'épingle

Sacré Coeur shawl

On peut voir de près le superbe travail de CarineLM, pour un résultat tout en délicatesse t d'une très grnade élégance

Elle est tombée pile poil sur ce que j'aime et que je porte volontiers

Le modèle est Sacré Cœur de Nim Teasdale.

Sacré Coeur shawl

Merci encore mille fois Carine pour ce magnifique cadeau

Une fois encore, pardon pour le délai pour cet article sur le blog mais voici quelques temps déjà que je délaisse le blog

En effet, mon vieil ordinateur me complique la vie pour aller sur le site d'over blog

Mon téléphone refuse de me télécharger correctement les images et tout s'efface

Et il me faut compter en moyenne 2h pour publier un article

Ce qui fait que je n'ai pas toujours cette disponibilité, à moins de faire des articles plus courts

Or plus court, reviendrait pour moi, à sortir du cadre du blog, et rentrer dans le domaine des images, tel Instagram ou Twitter

Je ne conçois le partage du blog que comme une trace de partage d'une expérience ou d'un savoir, une trace qui reste et qui puisse servir plus tard

S'y rajoute une certaine lassitude : que puis je vous dire sans me répéter ? sans vous parler une fois de plus de ma santé.

Or je poursuis encore aujourd'hui, à 8 mois de l'accident, les séances de rééducation chez le kiné.

Mais chouette, parfois je touche les fesses avec le talon ( Enfin, Chouette, est un mot d'usage et pas la réalité ressentie alors )

Mon corps aussi accuse un peu le coup des soucis de l'an passé et de cette année, et il faut remonter la pente.

Accepter d'être et d'avoir été, en espérant quand même redevenir.

Par ailleurs depuis cet été, mon quotidien est bousculé. Le décès d'une amie en juillet, suivi de près par le décès d'un collègue et ami, ce qui a entrainé une surcharge de travail et maintenant c'est un oncle qui va bientôt partir.

Le Cher a lui aussi appris le décès brutal d'un collègue et ami, lui aussi d'un accident de moto.

La mort est partout en ce moment, tout change, tout mute et il faut rester confiant, serein et positif. Ce n'est pas facile.

J'ai enfin l'impression d'y arriver. Accepter de laisser partir parce que c'est ainsi qu'est la vie. Associée fatalement à la mort.

Accepter le chagrin comme la joie, tour à tour mêlés

Accepter que des choses s'arrêtent, parfois brutalement, mais accepter aussi que la vie continue.

Accepter aussi que les choses changenet, soeint différentes dans leur forme mais identique dans leur essence.

Ne pas vivre pour oublier la mort, mais vivre parce qu'on n'est pas mort

Vivre pleinement, en conscience. En savourant chaque minute.

Savoir se hâter, savoir aussi s'arrêter et dire non.

Savoir aussi parfois se bousculer un peu.

C'est ainsi que je me suis retrouvée à remplacer ma sœur pour un voyage à NY pour Halloween, en espérant que je puisse marcher assez dans cette grande ville

Je pars donc demain en me prenant au jeu ( moi qui déteste l'idée d'un truc commercial ) et en faisant les déguisements des enfants et le mien

Je vais aussi faire un tour via Montréal pour voir mon oncle et lui dire au revoir et retrouver une partie de la famille et savourer un moment de partage.

Je vais aussi, hasard du calendrier, participer à la Parade des Zombies là bas

Ainsi va la vie qui continue de s'écouler.

Je vais avoir un peu plus de temps pour refaire des articles parce que ce blog continue

Merci de votre fidélité pour les lectrices anciennes et assidues

Merci et bienvenue aux nouvelles qui me découvrent.

Repost 0
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 10:32

Cette année encore, je participe au Swap

Puisqu'il a té livré et porté, je peux vous dévoiler et vous parler de ce que j'ai offert à une tricopine, Lolotte1409, dans le cadre d'un échange sur Ravelry.

Depuis quelques temps, me taraude l'idée du simple.

J'avais envie de sortir du cycle de la consommation.

Je fais la cuisine, je tricote, alors puis-je offir des cadeaux tout maison ?

Et comme pour les tricots, faire des cadeaux où transparaitrait le Fait Main mais comme valeur ajoutée et non pas valeur minorée.

Du "fait artisanal" et "fait main" et pas du "fait maison"

Faire que le le cadeau soit pensé et aimé de A à Z, comme nos ouvrages savourés mailles par mailles.

Offrir l'objet mais aussi offrir le temps qu'on y a passé.

Car le temps aujourd'hui est une denrée rare, la main d'oeuvre un luxe. Offrons ce luxe.

C'est donc un challenge. Ca me plait.

Donc on y va ...

Je commence par les douceurs :

Il a été l'occasion pour moi, de me mettre à faire des chocolats maison

Pour une fois, je vous expliquer comment faire du non laineux :

Pour cela, il faut prendre du bon chocolat

Ce sera celui de mon chocolatier, Puyricard

Et des moules en chocolat, en silicone pour mieux les démouler, pas besoin de gras.

Le chocolat, c'est simple mais il faut être précis

On le chauffe entre 45 et 50°C pour le faire fondre ( chocolat noir ) puis on le laisse descendre à 27°C avant de le réchauffer à 30° afin qu'il soit à la bonne température pour être moulé

Les températures sont un peu différentes pour du lait et moins encore pour le blanc

Swap : Summer Sling Tote

Ici, ce sont simplement des bouchées de chocolat au lait

On voit que bien que j'ai tapoté mon moule, mais pas assez, il reste par endroit des bulles d'air

Swap : Summer Sling Tote

Ci dessous, ce sont des chocolats au chocolat noir, fourrés de ganache

Le moule est différent et mine de rien, tout ces petites bouchées font déjà 200g !!

Et on voit que selon le moule l'aspect peut facilement paraitre professionnel même pour la débutante que je suis

Swap : Summer Sling Tote

Pour ces chocolats, je prends donc mon chocolat qui est remonté à 30°C et je le verse dans mon moule, quasi à ras bord pour chaque alvéole

J'attends un peu, puis je retourne le tout pour que cela dégouline

Cela tapisse les bord et dépasse.

Plus j'attends, plus la coque sera fine

Une fois que cela ne semble couler, je retourne mon moule et je mets au frigo pour 20 minutes minimum

Je les remplis alors de ganache maison ( mélange de crème fraiche et de chocolat )

Cette pate semi molle doit remplir l'intérieur du moule déjà chocolaté et je dois secouer pour aplanir le haut

Et hop, retour au frigo pour 20 minutes

Mais il faut que cela arrive à environ 1 mm du rebord, parce qu'il va falloir reverser du chocolat à 30°C pour fermer le chocolat, de façon à ce que cela tombe pile au ras du bord

Swap : Summer Sling Tote

Donc il est assez indispensable d'investir dans un thermomètre

J'ai acheté le mien dans une boutique de cuisine en centre ville

 

Swap : Summer Sling Tote

Voici les moules utilisés et en comparaison avec la taille d'un couteau éplucheur 

Swap : Summer Sling Tote

J'attaque ensuite les bouchées au rhum

Je fait une pâte avec du chocolat, j'y ajoute du lait en poudre et du rhum et je fais des boules

Une fois réfrigérées, elles sont plongées dans du chocolat à 30°C avec un cure dents et déposées, face avec le trou du cure dent en bas

Cela suppose donc que j'ai du chocolat plein les doigts

Swap : Summer Sling Tote

Je les mets ensuite en petits sachets de plastique

J'en ai trouvé à Retif

Je ne savais même pas ce qu'était cette boutique, c'est chouette de découvrir des boutiques même  des années après.

Les petites fleurs sont un petit lot de décoration que j'avais eu il y a un bout de temps

Swap : Summer Sling Tote

On glisse le tout dans une boîte pour les protéger.

C'est fou comme l'emballage peut tout changer.

C'est tout que du marketing finalement

Swap : Summer Sling Tote

Comme je suis à fond recyclage, je suis allée fureter du côté de la pharmacie et j'ai trouvé une boite de bonne taille

J'ai donc  sauvagement - oui sauvagement, sinon cela n'a pas d'intérêt -  arraché l'étiquette

Cela donc fait un carton dit abimé ( ou moche dans un langage moins fleuri )

Alors j'ai collé des autocollants reçus lors de mon passage à la pyramide de chaussures pour accentuer le côté abimé et j'ai fait des graffitis

Et j'ai détourné le mot Urgent Médical en Urgent Amical

Swap : Summer Sling Tote

La carte fut maison :

J'avais dans mon stock un tissu avec des jolis oiseaux

J'ai donc découpé un oiseau et je l'ai collé sur un carton Canson, ceux du cartable de mes enfants qu'on en achète 20 000 en début d'année et qu'il leur en reste 19 998 en fin d'année.

 

Swap : Summer Sling Tote

Pour que cet oiseau se pose il me fallait une branche,

Un petit tour dans le jardin a suffit

Mais le bois, cela ne tient pas avec de la colle, surtout si le morceau n'est pas plat

Qu'à cela ne tienne, il me suffit de coudre avec un petit fil

Swap : Summer Sling Tote

J'y ai ajouté une autre petite carte, pour une blague sur les Bateaux, les petits, les grands

Une jolie photo, une paire de ciseau, un autre carton ( et hop, plus que 19 997  cartons)

Swap : Summer Sling Tote

Et je l'ai cousu au string

Parce que dans ce swap, j'ai fait des strings

Et reçu des strings

Cela devenait une tradition

Et je me devais de poursuivre la tradition, parce que c'est un petit moment de rire et d'autodérision

Swap : Summer Sling Tote

J'ai aussi offert un African Flower

 

Swap : Summer Sling Tote

Mais en fait, c'est un mètre ruban

Swap : Summer Sling Tote

Il a 2 faces : L'un en cm et l'autres en inches, parfait pour les mesures des modèles en anglais.  

Et pour rétracter le ruban, il suffit d'appuyer sur la fleur jaune

Swap : Summer Sling Tote

Pour faire cela, j'ai crocheté 2 faces d'African Flower, puis j'ai fait un rang de brides autour d'une des faces et aussi un autre rang de mailles serrées car c'était un peu étroit et j'ai cousu le tout

Swap : Summer Sling Tote

J'ai juste laissé une fente pour le ruban, et j'ai même resserré d'avantage en cousant pour qu'on ne voit plus le bleu en dessous

Swap : Summer Sling Tote

Et il s'enroule, pour cela il faut appuyer sur la fleur jaune.

Mais on peut tout aussi faire la même chose et le garnir pour le transformer en porte épingle :

un exemple ci dessous

Swap : Summer Sling Tote

Ensuite le laineux.

Lolotte tricote très bien, très pro, très joliment fini, très vite

Elle fait plein de choses, mais elle ne crochète pas.

Alors j'ai voulu lui offrir un ouvrage en crochet

Son choix s'est porté vers un Summer Sling Sling Tote

Pour un sac, il me semblait plus logique de prendre du lin, du coton ou des matières résistantes.

Dans mon stock, j'avais du coton bio, Katia Eco Coton

Le choix s'est fait sur la couleur qu'elle aimait

Sauf que la laine est plus fine que celui du modèle qui se crochète en 5 mm

Avec mon crochet en 3,75, je n'allais pas aller loin.

J'ai donc tout défait et pris mon fil en double et pour que cela rende bien, j'ai sorti mon crochet 6 mm

J'ai monté les rangs, cela va vite, c'est simple et bien expliqué

Swap : Summer Sling Tote

Le modèle est en anglais et gratuit et il ne comporte que 16 rangs

J'ai donc seulement crocheté jusqu'au rang 13 et il m'en a fallu un peu moins de 4 pelotes

Swap : Summer Sling Tote

Je refais une seconde face identique et je vais ensuite les coudre ensemble

La couture est faite de manière volontairement visible et à plat mais elle participe à l'aspect visuel. 

Swap : Summer Sling Tote

Le modèle se termine par une bandoulière faite de 2 rangs de brides, cousues là aussi de manière visible et à plat

Swap : Summer Sling Tote

J'ai décidé de doubler le sac mais aussi la bandoulière

Swap : Summer Sling Tote

Pour cela je pose son sac et dessine le contour

Je découpe et je couds ensemble et retourne les coutures contre la face intérieure de mon sac

Swap : Summer Sling Tote

Mais je décide aussi de faire en fait 3 doublures, dont l'une avec des poches pour y mettre téléphone et clés

Ces poches sont cousues d'abord sur une face et les 3 faces sont ensuite cousues ensemble

Swap : Summer Sling Tote

Je couds à petits points pour que cela soit invisible.

Je pique dans mon tissu de doublure mais seulement au milieu de ma "laine" pour que cela ne soit pas visible en face endroit.

Et je pique quand c'est possible en long de ma piqure machine

Swap : Summer Sling Tote

Et je joins la bandoulière au corps du sac

Swap : Summer Sling Tote

J'ai choisi un tissu d'ameublement pour son côté plus rigide que le tissu habillement, pour que le sac ait plus de tenue

Et le voici porté par Aubustine

Swap : Summer Sling Tote

Mais le mieux, c'est quand même qu'il soit porté par Lolotte

Swap : Summer Sling Tote

Voici le lien vers le sac : ( cliquez plutôt directement sur PDF Direct )

Summer Sling Tote

Et vers le mètre ruban : C'est celui que j'ai utilisé, ( en anglais et assez touffu je trouve, mais on s'aide des photos )

African flower

Sinon, un autre tuto, qui me semble plus clair

African Flower Pin Cushion

J'espère vous avoir convaincue de faire maison pour plus que le laineux

Et j'espère que cet hiver, sous le sapin, il y ait plus de fait main et de recyclé

Repost 0
25 août 2017 5 25 /08 /août /2017 17:06

Lors de mon dernier message, je pestais sur le modèle Majula, sur le rendu, sur le déroulement du test, bien que je trouvais la créatrice adorable lors de nos échanges et que je regrettais qu'ils soient si peu nombreux (les échanges, pas la créatrice, qui est au singulier )

Je dois aujourd'hui rendre à César ce qu'il lui appartient

Non point ses abattis à ce pauvre César, mais la vérité et rien que la vérité

Depuis mon post, la créatrice m'a envoyé le pattern et je peux confirmer qu'il y a maintenant sur le patron les explications de comment on fait le point dentelle

Et pour confirmer qu'elle est adorable, elle a eu la gentillesse de m'envoyer en plus un autre pattern en remerciement de mon travail

Je pense que c'était spontané car elle ne parle pas le français et ne lis pas mon blog

C'est une jolie surprise et je me dois me faire mon mea culpa :

J'ai oublié que derrière toutes ces créations, il y a des femmes comme moi qui ont une vie, peut être un métier prenant

Que nous ne sommes pas forcément pareillement libres de notre temps

Que nous sommes différentes et que si j'ai l'habitude de communiquer lors des tests, d'autres peuvent fonctionner autrement

Et que le tricot, même si le modèle est payant, reste une histoire de passion et de passionnées

Et qui si nous ne sommes pas toutes des professionnelles de la création, nous sommes animés des mêmes désirs de partager notre passion, de créer des modèles que d'autres vont avec la  même passion avoir plaisir à tricoter pour que d'autres, peut être encore, aient plaisir à les porter.

Que si ce n'est pas optimal sur le plan professionnel, cela peut s'arranger

Il n'y a pas d'école pour devenir créatrice et écrire un patron.

On apprend par l'expérience, donc par les erreurs

C'est en forgeant qu'on devient forgeron.

Donc parlons du modèle qu'elle m'a envoyé

C' est un modèle top down, tricoté en 3,5 mixte

The Cosiest wifey ever ( qui veut dire, si je ne me trompe pas, la femme la plus douillette, confortable !)

The Cosiest Wifey ever

Il ressemble un peu au Ease mais avec un col haut mais drapé avec une pente d'épaule plus intéressante, pas un simple raglan

The Cosiest Wifey ever

Le bas des manches est joliment travaillé

The Cosiest Wifey ever

Et la forme est proposée en version droite ou en A

The Cosiest Wifey ever

C'est une jolie surprise

Et seconde surprise, Chatawak, qui me lit, entre détricotage du pull et découpe, m'a suggéré l'option 5 : me racheter l'ouvrage

Quelle surprise de voir que vous ne considériez pas ce pull comme totalement atroce et raté

Et là aussi nouveau mea culpa :

J'ai critiqué cet ouvrage car il ne m'allait pas sans penser que l'aspect Boxy, large, peut permettre d'aller à d'autres personnes qui ne portent pas de vêtements ajustés

Et l'effet fronce en bas peut convenir à celles qui aurait une silhouette en forme de A donc des hanches plus fortes que le haut

Donc retour à ce que je faisais avant  : parler d'un ouvrage en mentionnant ses points forts et ses points faibles et laisser à chacune décider si elle aime ou pas

Il partira donc chez elle dès demain pour vivre sa vie d'ouvrage-qui-sera-porté

Je suis ravie qu'il ne dorme pas dans mon placard, en forme de Majula ou de pelotes, mais qu'il soit monté, aimé

Et j'attends de recevoir une photo sur elle !!!

Cela m'ouvre toujours des perspectives de voir par les yeux des autres.

Merci Chatawak pour cette belle leçon de vie

 

Et pour vous donner des nouvelles de ma santé puisque certaines me questionnent, voici pile 6 mois que je me suis faite opérer

Aujourd'hui, je marche sans la canne sauf sur les terrains très escarpés des montagnes

Je conduis et je retravaille à mi temps ( un groooos mi temps qui doit être quasi un plein temps)

Je recuisine debout des vrais repas

Je monte les escaliers sans me tenir à la rampe, en enchainant

Mais j'ai encore du mal à les descendre

Je poursuis ma rééducation qui est passée de 4 fois par semaine depuis ma sortie à 3 fois par semaine

Comme je sature un peu, j'ai fait une pause de15 jours qui m'a permis de progresser encore plus et je passe la semaine prochaine à 2 fois par semaine

Je maudis toujours autant mon kiné lors des 5 dernières minutes car il force mais j'arrive presque à être symétrique

Je peux porter environ 5kg, mais j'ai encore besoin d'aide pour les trucs plus lourds

Il y a aussi pas mal de questionnements et d'envie de changements qui bouillonnent et que je ne peux réaliser physiquement.

Bouger me manque

J'ai donc le sentiment de me heurter encore à des portes fermées et c'est parfois frustrant

Je suis aussi super fatiguée, ce d'autant que je finis à peine de remettre d'aplomb ce qui devait l'être, on ne s'absente pas impunément de sa vie, de sa maison, de son jardin, de son boulot plus de 3 mois

Mais bon, lorsque je regarde en arrière, je vois bien le chemin parcouru, et je sens aussi l'envie de refaire du sport, l'envie de vivre, l'envie de tricoter

 

Alors je partage avec vous le sentiment que j'ai eu lors d'un mini séjour dans un ecovillage en Italie, partie pour me ressourcer dans la nature, au milieu de gens qui ont su faire de leur utopie une réalité concrète

6 mois avant, j'étais en haut des montagnes, blanches, avec un bâton en main, en Italie déjà

6 mois après, de nouveau en montagne, mais autre saison, autre bâton, en Italie encore

Qui sait ce que sera ma vie dans les 6 autres mois ?

A moi de rendre le prochain épisode passionnant

Et pour les yeux, quelques photos, faites sans retouches, sans noir et blanc, juste avec mon téléphone sur le télésiège, quelques heures avant.

 

The Cosiest Wifey ever

Impression lunaire

The Cosiest Wifey ever

J'aime l'impression d'être, tel l'oiseau, au dessus des choses

The Cosiest Wifey ever

J'aime ces images, je les savoure car je n'irais plus au ski de sitôt

( je sais, on est en été....)

The Cosiest Wifey ever

Changement de décor, de saison

Vue de la terrasse où j'étais encore il y peu, assise à crocheter

The Cosiest Wifey ever

Tout ceci est le fruit du travail de l'homme qui a rebâti à partir d'un village médiéval du XIIIème siècle abandonné

Le prix des locations financent les travaux

Nous mangeons ce qui est produit dans le potager et c'est délicieux

Mais rien à voir avec l'abondance des buffet sdes clubs et la frugalité qui s'en dégage est un rappel que nous ne pouvons avoir une expansion infinie dans un monde aux ressources finies

Et n'avoir pas faim en sortant de table nous rappelle notre surconsommation habituelle

The Cosiest Wifey ever

En route pour une petite balade

The Cosiest Wifey ever

La rivière nous appelle en bas, dans le trou

The Cosiest Wifey ever

L'eau est un délice ! Une fraicheur vivifiante; il fait bon s'y baigner.

Bon, ce post part dans tous les sens, mais j'avais envie de partager ces photos aussi parce que je songe à celles qui ne partent pas, ou pas toujours, à celles qui parfois sont coincées comme je l'ai été dans mon lit des semaines durant

Je m'étais promis que je remarcherai, que je retournerais dans la nature

Ce post, c'est un peu ma revanche sur les évènements de la vie

Et c'est un rappel que je ne suis rien devant ces montagnes immenses et éternelles

Que 6 mois ce n'est rien à l'échelle d'une montagne

Beauté, humilité et effort.

Portez vous bien !

Repost 0
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 12:09

Merci pour vos commentaires du post précédent.

Je ferai un article sur mes petits trucs pour aider mon Grand dyslexique.

Mais pour l'instant, flotte un air de vacances

Et pour beaucoup d'entre vous, les vacances scolaires ont débuté aussi et sans doute avez vous jeté les cahiers de l'an passé au feu, ou peut être les avez vous intégralement gardé tel quel, en souvenir, des fois que

Voici ce que je fais et qui peut peut être vous donner des idées :

Depuis mon enfance, à la fin de chaque année scolaire, ma mère nous réunissait et nous faisait sortir nos cahiers.

Nous enlevions les protèges cahiers non abimés, les stylos et gommes qui fonctionnaient encore étaient remis dans la trousse pour le liste des fournitures de l'an suivant. 

Pas question d'acheter du neuf, si ce n'était pas cassé.

Les classeurs, les pochettes transparentes, tout était réutilisé en enlevant l'étiquette du nom.

Nous trions les cahiers que nous voulions garder intact et ceux qui pouvaient partir.

Mais pour une catégorie comme pour l'autre, un passage au contrôle maternel s'imposait :

En effet, il était bien rare qu'un cahier soit noirci de la première à la dernière page

Il arrivait même parfois qu'un cahier ne soit écrit que sur une dizaine de page.

Quel gâchis, surtout qu'alors, le recyclage était inexistant.

Un papier mis à la poubelle l'était définitivement.

Voici ce que mon Grand a fait comme tri de ses cahiers de lycée, gardés au cas où - qu'il n'a jamais réouvert entre temps -

L'école est finie !

Pour un cahier dont on décide de ne pas garder les cours, on va simplement arracher proprement la feuille écrite, une par une

L'école est finie !

Et hop !

Un cahier presque neuf, qui ne servira qu'en cahier de brouillon à la maison, de cahier de notes

L'école est finie !

Il faut juste faire attention car les feuilles en regard de celles arrachées  à la fin du cahier ) peuvent avec le temps s'envoler

Mais alors elles vont servir de feuilles de brouillon volantes

Lorsqu'on décide de garder les cours, avec un cutter, on va découper les feuilles vierges, en laissant une bordure d'au moins 5 mm, pour éviter justement la dispersion des cours

Les feuilles, découpées, rejoindront la pile des feuilles volantes.

A cette pile on va ajouter les feuilles vierges des copies doubles

Vous savez, ces feuilles dites copies simples et doubles, quadrillées.

Elles sont plus souvent utilisées en doubles, par peur de n'avoir jamais assez de lignes et qu'on ne remplit jamais car on sur estime souvent ce qu'on va écrire.

On va donc transformer ces copies doubles en copie simple

L'école est finie !

Et hop, sur la pile

Inutile de découper proprement car ces feuilles vont servir de brouillon, par exemple pour les dictées de l'an prochain, les exercices, les rédactions, les calculs

Mais rien n'empêche de couper tout cela au ciseau ou au cutter.

L'école est finie !

Et la pile monte assez vite.

En 20 Minutes, tout est trié

L'école est finie !

Enfin, je termine en triant les feuilles distribuées par les professeurs

Elles sont souvent imprimées sur une seule face

Celles qui sont imprimées en recto verso partent à la poubelle papier

Les autres vont servir de papier pour les dessins, de sous main pour d'éventuels découpes au cutter ou de sous main pour les moments peintures, pour listes pour les courses

De la pile initiale, voici ce que je garde

L'école est finie !

C'est loin d'être négllgeable, c'est plus de 60% de la pile initiale

Une fois noircies sur l'autre face, elles finiront à la poubelle papier aussi

Bon, me direz vous, si on les met directement à la poubelle papier, on les recycle quand même

Certes oui, mais cela nécessite énergie, transport et les encres des textes iront dans la nature

Ce que vous voyez des cahiers de mon Grand, extrapolez le aux plus de 700 000  bacheliers annuels, étendez le à chacune des classes en maternelle, primaire, collège

Convertissez cela en arbres et camions.

Donc autant retarder le processus

Vous allez aussi me dire qu'aujourd'hui, avoir tant de papier brouillon est inutile, on a des post it, on fait sa liste de courses sur son téléphone, on n'écrit plus ses textes sur un brouillon papier, on note directement ses contacts sur le téléphone

Que les devoirs à la maison n'existent plus, qu'on ne résoud plus de problèmes de baignoire qui fuit et que les seuls temps qu'on calculent pour des cyclistes sont ceux du Tour de France

Personnellement, j'utilise pas mal les papiers brouillon encore

Parce que la gestuelle de la calligraphie, le visuel du texte m'aident à réfléchir autrement que sur un écran d'ordinateur

Parce que dans mon métier, parfois je fais des dessins pour illustrer mes propos

Parce que je prends des notes quand je me renseigne au téléphone

Parce que j'aime torturer mes enfants en leur faisant des exercices à la maison

Parce que je peux imprimer mes patters sur leur face verso, vu que je tricote rarement 2 fois le modèle et qu'une fois tricoté, cela part à la poubelle 

Je note aussi sur papier mes diminutions, mes essais de bidouillages avant de tout remettre au propre sur ma page Project de Ravelry

Donc si j'ai déjà du brouillon tout prêt, je pourrais s'en servir, ce serait moins mauvais pour la planète que de sortir sa liste de courses sur papier brouillon que son téléphone rechargé par l'énergie électrique

Mais vous aurez quand même un peu raison parce que faisait ma mère, écolo avant l'heure, ne devrait plus être nécessaire aujourd'hui dans un monde fait de virtuel.

On ne devrait pas avoir tant de brouillon 

La réalité, hélas, se voit dans les cartables si lourds de vos enfants.

Comment faire pour diminuer toute cette masse papier ?

Si vous être professeurs, peut être faudrait il songer à diminuer les feuilles imprimées sur une face ? Ou ne pas demander aux parents dans la liste des fournitures des cahiers trop épais ?

Si vous être parents, peut être faudrait il apprendre à vos enfants à utiliser leurs feuilles simples pour prendre leurs notes en classe et réserver les feuilles doubles aux devoirs surveillés

Peut être faudrait il leur acheter ces stylos à encre effaçable d'un coup de gomme ?

Peut être faudrait il oser réutiliser un des cahiers recyclés et allégées de quelques feuilles pour des cours moins fréquents, comme des cahiers de TP - ceux qui ont des feuilles blanches dedans pour dessiner des schémas - pour pour du latin, de l'éducation civique

Bref, voici ma petite contribution pour faire du bien à la planète

Et vous, utilisez vous encore du papier ?

Avez vous d'autres trucs avec les affaire scolaires ? 

Et je vous rassure, le prochain post sera laineux

Repost 0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 09:35

Depuis un an,1 an, je fais du tri dans ma maison

Je donne, je jette, je répare et je m'allège.

Mais arrive fatalement un moment où on en a fini avec les objets, les vêtements et autre jouets cassés

Un moment où on en arrive à devoir trier dans les souvenirs.

Où ce ne sont plus les papiers froids des administrations qu'on tient entre les mains, mais un bulletin de notes, un résultat de prise de sang, une lettre d'un proche, une photo d'une personne déjà morte.

Et là, fatalement, les souvenirs remontent.

Qu'ils soient chargés de souvenirs heureux et amènent de la nostalgie ou qu'ils soient le réveil pénible d'un évènement passé, on se rend compte que les années n'ont fait que rajouter des souvenirs les uns sur les autres, un peu comme ces strates de terre que la vie dépose sur le monde et que les historiens explorent.

Rien ne se mêle, rien n'est trié.

Tout est encore là, intact, dès qu'on s'y replonge.

Et à un moment, on réalise qu'on ne peut tout emporter avec soi dans la tombe et que c'est trop gros pour être transmis tel quel à la génération suivante et que peut être même que cela ne les intéresse pas.

Après tout, eux même ont leur propre stock de souvenirs personnels.

Et si chacun devait porter en plus ne serait ce que les souvenirs de ses seuls propres parents d'une vie entière, ce serait intenable.

Un tri s'impose.

Alors il faut oser trier, et comme pour les objets cassés, oser jeter ce qui est cassé, et ne garder que ce qui fait du bien, ce qui sert, ce qui donne de la joie, de l'émotion constructive.

En triant, on réalise que le temps passe

On se rend compte aussi de la richesse de nos vies, à travers tous ces vécus et qu'il nous appartient de bâtir les souvenirs de demain.

On trouve des souvenirs qui nous pousse au bilan

Dans mon tri, j'ai retrouvé dans un vieux dossier, les bilans de ma première grossesse, et dans une vieille enveloppe des "photos"

Hier, aujourd'hui, demain

Ce sont les premières de mon Grand

Il y en avait une par mois et ces 4 là sont un raccourci de ces 9 mois.

Ces images à peine jaunies avaient 18 ans déjà.

18 ans à trainer dans une coin de ma maison sans que jamais je n'y touche

18 ans, d'encombrement et que dire du reste de ce que je pouvais garder ainsi ?

18 ans, déjà ...

et 18 ans plus tard, toujours cet émerveillement face à l'annonce de la vie future !

Il y a 18 ans, je m'en souviens encore comme si c'était hier

Je me souviens de mes sentiments à l'annonce de la positivité du test de grossesse, de l'émotion lors de la première échographie, des premières questions : serais je une bonne mère ?

Il y a 18 ans, et que tandis que mes yeux regardent ces photos mois par mois, je vois en superposition chacune des 18 années

Les premiers biberons, les premières risettes, les pleurs la nuit, la fatigue un peu, la joie beaucoup

Le 4 pattes, les premiers pas et les doigts malhabiles.

Je n'arrive pas à superposer cela avec ceux du grand gaillard actuel

Est ce là mon bébé ?

Est que celui qui vient de décrocher son Bac est bien le même petit gars qui noircissait si péniblement ses cahiers et récitait tant bien que mal ses tables de multiplication ?

Pourquoi je me souviens si bien du poupin si fragile et que les années qui ont suivi ont filé comme une flèche ?

J'étais ravie de lui voir souffler chaque année ses bougies d'anniversaire sans réaliser que chacune d'entre elle m'éloignait du bébé qu'il était resté dans mon souvenir.

Mon grand, mon premier

Celui avec qui j'ai tout appris du métier de maman et de mère

Celui avec qui j'ai tout fait la première fois et qui comme tout ainé, a essayé les plâtres de l'apprentissage de la parentalité.

Celui aussi qui s'est révélé si fragile et si costaud.

Je réalise que lorsqu'on devient parent, on signe sans le savoir un contrat avec la vie et avec notre enfant, contrat dont la fin arrive vers leurs 18 ans ou à la fin de leurs études. 

Quand je repense à lui, j'ai aussi le coeur qui se serre, car il n'a pas eu une enfance facile, il a eu une enfance Ortho comme je dis

Orthophoniste

Orthopédiste

Orthoptiste

Orthographe

Il n'a rien eu de grave, juste une Dyslexie, juste ce que l'OMS définit comme un handicap depuis 1993. Et une dysproprioception qui est souvent associée à la dyslexie ( 100% des dysproprioceptifs sont dyslexiques ).

La dyslexie, c'est un handicap qui ne se voit pas et qui bien que très connu, environ 1 enfant sur 10, est souvent banalisé et mal pris en charge alors que des solutions existent.

Sauf que ces solutions, il faut les chercher un peu sans bien comprendre ce handicap.  (Savez vous que si la dyslexie ne disparait pas, la dyspropriception peut disparaitre avec des corrections appropriées ?)

Ensuite il faut les faire appliquer parce que pour beaucoup, la dyslexie c'est encore juste une histoire de paresse et de travail supplémentaire.

Traite on de paresseux un unijambiste dans une course de personnes valides ? Pense-t-on qu'en le faisant courir encore et encore il améliorerait ses performances ? Pense-t-on qu'un myope sans lunettes aurait de meilleurs résultats en travaillant plus ?

Et pourtant, c'est ce qu'on impose aux enfants Dys.

Imagine-t-on qu'un sportif concourant en handisport est favorisé par rapport aux sportifs standart ou regarde-t-on l'exploit sportif au delà du handicap, voire même à travers ce handicap ?

Pourtant c'est ce que pensent certains enseignants qui rechignent à appliquer les mesures d'aide, c'est ce que disent les autres enfants et ce que finissent par penser le Dys lui même.

Mon grand est Dys et je suis fière qu'il ait fini sa scolarité sans jamais redoubler, ait passé son Bac S et intégré une école d'ingénieur en ayant passé un concours d'entrée.

Un enfant qui a 6 à l'écrit et 14 à l'oral de rattrapage.

Un Dys est toujours désavantagé à l'écrit et la différence est parfois criante.

Et c'est hélas sur l'écrit que l'école note

C'est donc un enfant que l'école a souhaité faire redoubler depuis la 6ème, orienter hors de la filière générale en 3ème, promis une fois encore au redoublement en 1ère, à qui on a annoncé l'échec au Bac au conseil de classe.

C'est un enfant que les écoles post bac IUT et DUT ont refusé et qui a réussi un concours via QCM d'école d'ingénieur, parce que les QCM jugent le savoir et la réflexion et non l'orthographe.

Je suis fière de son parcours car c'est un enfant qui ne rentrait pas dans les cases et qui pourtant a réussi juste à faire ce que d'autres font.

Un combat dérisoire mais si important parce qu'on ne doit jamais laisser les autres décider de sa propre vie.

Parce que je crois que l'administration n'a pas pris tout à fait la mesure du phénomène Dys et/ou qu'elle n'a pas les moyens d'aider tous les Dys.

Parce que je trouve inadmissible qu'un pays mette ainsi de côté 10% de sa population, sans chercher à investir en eux.

Or on le sait par les études, plus les Dys poursuivent leurs études, plus ils développent la capacité de dépasser leur handicap, et qu'ils ont aussi d'autres potentiels propres à faire valoir.

Nelson Mandela disait que la grandeur d'un pays se mesure à la manière dont elle traite ses plus petits.

Croire en quelqu'un c'est lui ouvrir les ailes.

Il y a 5 ans,  j'ai trouvé une piste à travers un commentaire fait suite à un article de FroufrouetCapucine sur la dyslexie qui m'a aidée, je me dis que peut être que la chaine peut se poursuivre sur mon blog.

Est ce qu'un article sur mes trucs pour aider mon fils dans sa scolarité vous aiderait ?

Repost 0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 08:26

Merci à vous toutes d'avoir joué le jeu et posté vos commentaires

J'ai bien souvent souri

Voici le moment du tirage au sort

Toujours la bonne vieille méthode avec un dé multi faces

Tirage au sort du jeu des 6 ans du blog

On a lancé

et hop !

Tirage au sort du jeu des 6 ans du blog

Regardons de plus près

Tirage au sort du jeu des 6 ans du blog

Mais oui, c'est bien le 4

Le commentaire 4 a été posté par Audrey qui gagne de le modèle de son choix 

Audrey, tu peux me contacter via Ravelry ou sur le mail contactsystemeb@gmail.com pour le recevoir 

Pour toutes les autres participantes, merci d'avoir partagé avec moi un peu de votre vécu, de votre passion.

Ici, les projets ne manquent pas, mais je me force à prendre mon temps, à ne pas multiplier les activités, à les finir avant de commencer un autre, et aussi de ne pas me hâter pour pouvoir commencer un autre.

Non à la polyphagie, oui au fait de savourer

C'est la condition que je me donne pour prendre soin de moi.

Mais rassurez vous, des articles, j'en ai en stock et ils seront publiés

 

 

Repost 0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 20:08

Tout d'abord un grand merci pour vos nombreux commentaires à l'occasion de mon Green Lotus.

Je ne m'attendais pas à tant de réponses, aussi positives.

Ensuite est venu le temps de la réflexion, à peser le pour et le contre d'en faire un modèle

Le contre : En ce moment, je suis super fatiguée, au point de dormir parfois dès 17h, au point d'annuler des sorties prévues de longue date, de ne pas répondre aux mails de suite, ni d'aller sur internet longtemps.

Ensuite, la vie quotidienne reste chargée, avec tout ce qu'il y a encore à remettre à plat, sans compter que je fais de la kiné pendant 1h30 tous les jours

Et je reprends le travail et mes activités associatives la semaine prochaine  et que cela suppose aussi des réunions et des travaux préparatoires.

Donc question 1 : penser à moi ou à mes loisirs ?

J'ai aussi rencontré un obstacle immédiat et très limitatif pour moi : mettre la grille dentelle nécessite de le faire avec une grille sur ordinateur

Et vous connaissez mon niveau informatique ... ce qui fait une grosse question 2

Cela m'a forcée à me plonger dedans, ce qui m'a permis déjà de pouvoir réaccéder au blog via mon petit portable et mon téléphone pour vous écrire cet article, pour le reste, je cherche encore mais cela devrait être gérable, c'est du matériel.

Question 3 : Je vais ensuite réfléchir à transposer la grille, à la développer en plusieurs tailles, à faire les rangs raccourcis sur le motif. Aurais je ensuite l'énergie/envie de gérer les tests knits ? Puis l'étape de la mise en ligne sur Ravelry ?

Bref, autant d'étapes qui ne se feront pas du jour au lendemain et qui vont nécessiter de l'investissement personnel

 

Mais le Pour tient en 3 lignes également:

- J'ai toujours aimé le partage et je ne veux pas être bloquée en cela par un soucis matériel quelqu'il soit, un soucis matériel ayant le plus souvent une solution pratique. C'est une question de liberté et d'autonomie

- Jusqu'alors, j'ai tricoté en suivant les explications, puis j'ai tricoté en bidouillant pour que cela m'aille, j'ai ensuite tricoté en transformant les modèles,

En tricotant j'ai appris des choses de moi : la patience, la persévérance. J'ai appris qu'en construisant, on se construisait, qu'en tricotant, on pouvait tricoter du lien et de l'amour, tricoter un peu de douceur pour le monde

En modifiant les modèles, j'ai commencé à développer ma créativité, j'ai laissé une porte ouverte au hasard, à l'erreur et la correction, à l'intuition, tous ces processus que la vie quotidienne ne permet pas de développer

En créant de rien, sans filet, en puisant en moi des idées, des envies, en mobilisant ma réflexion pour les concrétiser, je perçois que se développe une partie négligée de mon esprit, et que germe quelque chose -si je puis dire- de plus grand que moi, qui me dépasse

Quelque chose qui, comme avec un enfant, aura ensuite sa propre vie, sa propre autonomie en dehors de moi, de mon contrôle

J'aime bien cette idée, d'être simple vectrice, un passeur de vie

- Enfin, c'est un échange sur internet avec une autre créatrice qui m'a ouvert les yeux :

Elle m'a fait réaliser que si l'une et l'autre étions incapable de déchiffrer nos notes respectives, nous pouvions quand même comprendre la même grille de tricot

Nous étions porteuses d'un langage commun alors que nous le parlons pas la même langue, n'avons pas la même culture, vivions à l'autre bout de la planète

Ce langage commun, nous unit malgré les différences.

Car qui dit langage commun dit communication, donc échange et partage

Mais dit aussi dialogue

Et dit aussi transmission.

Ecrire mon ouvrage, c'est permettre à d'autres de le faire aussi, de le faire vivre, sous une autre forme

C'est permettre de transmettre mon -petit- savoir et ma -grande- passion.

C'est contribuer avec un rien à ce monde, mais y contribuer.

C'est ce qu'à cette étape de ma vie que je veux vivre : la transmi

Ne croyez pas que j'en attende un grand succès, c'est le processus qui me plait, c'est passer de ce que je fais dans mon petit coin, à l'ouverture, passer du Je au Nous.

Donc ma condition à moi même est de prendre mon temps, pour que cela reste un plaisir et un loisir.

Et comme si mon moi intérieur avait déjà pressenti ma réponse à mes réflexions, il m'a fait mettre sur les aiguilles un autre ouvrage 

Tiens, on dirait un autre Lotus, Blanc cette fois ci ...

Lotus ou pas Lotus ?
Repost 0

  • systemeb
  • le tricot est une passion dévorante, alors pour en parler des heures sans lasser les proches, j'ai ouvert ce blog
chers visiteurs, soyez prévenus, je serais intarissable. Mais n'hésitez pas à me laisser vos coms je partage volontiers mes petits
  • le tricot est une passion dévorante, alors pour en parler des heures sans lasser les proches, j'ai ouvert ce blog chers visiteurs, soyez prévenus, je serais intarissable. Mais n'hésitez pas à me laisser vos coms je partage volontiers mes petits

Recherche

Catégories

Liens