Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 12:09

Merci pour vos commentaires du post précédent.

Je ferai un article sur mes petits trucs pour aider mon Grand dyslexique.

Mais pour l'instant, flotte un air de vacances

Et pour beaucoup d'entre vous, les vacances scolaires ont débuté aussi et sans doute avez vous jeté les cahiers de l'an passé au feu, ou peut être les avez vous intégralement gardé tel quel, en souvenir, des fois que

Voici ce que je fais et qui peut peut être vous donner des idées :

Depuis mon enfance, à la fin de chaque année scolaire, ma mère nous réunissait et nous faisait sortir nos cahiers.

Nous enlevions les protèges cahiers non abimés, les stylos et gommes qui fonctionnaient encore étaient remis dans la trousse pour le liste des fournitures de l'an suivant. 

Pas question d'acheter du neuf, si ce n'était pas cassé.

Les classeurs, les pochettes transparentes, tout était réutilisé en enlevant l'étiquette du nom.

Nous trions les cahiers que nous voulions garder intact et ceux qui pouvaient partir.

Mais pour une catégorie comme pour l'autre, un passage au contrôle maternel s'imposait :

En effet, il était bien rare qu'un cahier soit noirci de la première à la dernière page

Il arrivait même parfois qu'un cahier ne soit écrit que sur une dizaine de page.

Quel gâchis, surtout qu'alors, le recyclage était inexistant.

Un papier mis à la poubelle l'était définitivement.

Voici ce que mon Grand a fait comme tri de ses cahiers de lycée, gardés au cas où - qu'il n'a jamais réouvert entre temps -

L'école est finie !

Pour un cahier dont on décide de ne pas garder les cours, on va simplement arracher proprement la feuille écrite, une par une

L'école est finie !

Et hop !

Un cahier presque neuf, qui ne servira qu'en cahier de brouillon à la maison, de cahier de notes

L'école est finie !

Il faut juste faire attention car les feuilles en regard de celles arrachées  à la fin du cahier ) peuvent avec le temps s'envoler

Mais alors elles vont servir de feuilles de brouillon volantes

Lorsqu'on décide de garder les cours, avec un cutter, on va découper les feuilles vierges, en laissant une bordure d'au moins 5 mm, pour éviter justement la dispersion des cours

Les feuilles, découpées, rejoindront la pile des feuilles volantes.

A cette pile on va ajouter les feuilles vierges des copies doubles

Vous savez, ces feuilles dites copies simples et doubles, quadrillées.

Elles sont plus souvent utilisées en doubles, par peur de n'avoir jamais assez de lignes et qu'on ne remplit jamais car on sur estime souvent ce qu'on va écrire.

On va donc transformer ces copies doubles en copie simple

L'école est finie !

Et hop, sur la pile

Inutile de découper proprement car ces feuilles vont servir de brouillon, par exemple pour les dictées de l'an prochain, les exercices, les rédactions, les calculs

Mais rien n'empêche de couper tout cela au ciseau ou au cutter.

L'école est finie !

Et la pile monte assez vite.

En 20 Minutes, tout est trié

L'école est finie !

Enfin, je termine en triant les feuilles distribuées par les professeurs

Elles sont souvent imprimées sur une seule face

Celles qui sont imprimées en recto verso partent à la poubelle papier

Les autres vont servir de papier pour les dessins, de sous main pour d'éventuels découpes au cutter ou de sous main pour les moments peintures, pour listes pour les courses

De la pile initiale, voici ce que je garde

L'école est finie !

C'est loin d'être négllgeable, c'est plus de 60% de la pile initiale

Une fois noircies sur l'autre face, elles finiront à la poubelle papier aussi

Bon, me direz vous, si on les met directement à la poubelle papier, on les recycle quand même

Certes oui, mais cela nécessite énergie, transport et les encres des textes iront dans la nature

Ce que vous voyez des cahiers de mon Grand, extrapolez le aux plus de 700 000  bacheliers annuels, étendez le à chacune des classes en maternelle, primaire, collège

Convertissez cela en arbres et camions.

Donc autant retarder le processus

Vous allez aussi me dire qu'aujourd'hui, avoir tant de papier brouillon est inutile, on a des post it, on fait sa liste de courses sur son téléphone, on n'écrit plus ses textes sur un brouillon papier, on note directement ses contacts sur le téléphone

Que les devoirs à la maison n'existent plus, qu'on ne résoud plus de problèmes de baignoire qui fuit et que les seuls temps qu'on calculent pour des cyclistes sont ceux du Tour de France

Personnellement, j'utilise pas mal les papiers brouillon encore

Parce que la gestuelle de la calligraphie, le visuel du texte m'aident à réfléchir autrement que sur un écran d'ordinateur

Parce que dans mon métier, parfois je fais des dessins pour illustrer mes propos

Parce que je prends des notes quand je me renseigne au téléphone

Parce que j'aime torturer mes enfants en leur faisant des exercices à la maison

Parce que je peux imprimer mes patters sur leur face verso, vu que je tricote rarement 2 fois le modèle et qu'une fois tricoté, cela part à la poubelle 

Je note aussi sur papier mes diminutions, mes essais de bidouillages avant de tout remettre au propre sur ma page Project de Ravelry

Donc si j'ai déjà du brouillon tout prêt, je pourrais s'en servir, ce serait moins mauvais pour la planète que de sortir sa liste de courses sur papier brouillon que son téléphone rechargé par l'énergie électrique

Mais vous aurez quand même un peu raison parce que faisait ma mère, écolo avant l'heure, ne devrait plus être nécessaire aujourd'hui dans un monde fait de virtuel.

On ne devrait pas avoir tant de brouillon 

La réalité, hélas, se voit dans les cartables si lourds de vos enfants.

Comment faire pour diminuer toute cette masse papier ?

Si vous être professeurs, peut être faudrait il songer à diminuer les feuilles imprimées sur une face ? Ou ne pas demander aux parents dans la liste des fournitures des cahiers trop épais ?

Si vous être parents, peut être faudrait il apprendre à vos enfants à utiliser leurs feuilles simples pour prendre leurs notes en classe et réserver les feuilles doubles aux devoirs surveillés

Peut être faudrait il leur acheter ces stylos à encre effaçable d'un coup de gomme ?

Peut être faudrait il oser réutiliser un des cahiers recyclés et allégées de quelques feuilles pour des cours moins fréquents, comme des cahiers de TP - ceux qui ont des feuilles blanches dedans pour dessiner des schémas - pour pour du latin, de l'éducation civique

Bref, voici ma petite contribution pour faire du bien à la planète

Et vous, utilisez vous encore du papier ?

Avez vous d'autres trucs avec les affaire scolaires ? 

Et je vous rassure, le prochain post sera laineux

Repost 0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 09:35

Depuis un an,1 an, je fais du tri dans ma maison

Je donne, je jette, je répare et je m'allège.

Mais arrive fatalement un moment où on en a fini avec les objets, les vêtements et autre jouets cassés

Un moment où on en arrive à devoir trier dans les souvenirs.

Où ce ne sont plus les papiers froids des administrations qu'on tient entre les mains, mais un bulletin de notes, un résultat de prise de sang, une lettre d'un proche, une photo d'une personne déjà morte.

Et là, fatalement, les souvenirs remontent.

Qu'ils soient chargés de souvenirs heureux et amènent de la nostalgie ou qu'ils soient le réveil pénible d'un évènement passé, on se rend compte que les années n'ont fait que rajouter des souvenirs les uns sur les autres, un peu comme ces strates de terre que la vie dépose sur le monde et que les historiens explorent.

Rien ne se mêle, rien n'est trié.

Tout est encore là, intact, dès qu'on s'y replonge.

Et à un moment, on réalise qu'on ne peut tout emporter avec soi dans la tombe et que c'est trop gros pour être transmis tel quel à la génération suivante et que peut être même que cela ne les intéresse pas.

Après tout, eux même ont leur propre stock de souvenirs personnels.

Et si chacun devait porter en plus ne serait ce que les souvenirs de ses seuls propres parents d'une vie entière, ce serait intenable.

Un tri s'impose.

Alors il faut oser trier, et comme pour les objets cassés, oser jeter ce qui est cassé, et ne garder que ce qui fait du bien, ce qui sert, ce qui donne de la joie, de l'émotion constructive.

En triant, on réalise que le temps passe

On se rend compte aussi de la richesse de nos vies, à travers tous ces vécus et qu'il nous appartient de bâtir les souvenirs de demain.

On trouve des souvenirs qui nous pousse au bilan

Dans mon tri, j'ai retrouvé dans un vieux dossier, les bilans de ma première grossesse, et dans une vieille enveloppe des "photos"

Hier, aujourd'hui, demain

Ce sont les premières de mon Grand

Il y en avait une par mois et ces 4 là sont un raccourci de ces 9 mois.

Ces images à peine jaunies avaient 18 ans déjà.

18 ans à trainer dans une coin de ma maison sans que jamais je n'y touche

18 ans, d'encombrement et que dire du reste de ce que je pouvais garder ainsi ?

18 ans, déjà ...

et 18 ans plus tard, toujours cet émerveillement face à l'annonce de la vie future !

Il y a 18 ans, je m'en souviens encore comme si c'était hier

Je me souviens de mes sentiments à l'annonce de la positivité du test de grossesse, de l'émotion lors de la première échographie, des premières questions : serais je une bonne mère ?

Il y a 18 ans, et que tandis que mes yeux regardent ces photos mois par mois, je vois en superposition chacune des 18 années

Les premiers biberons, les premières risettes, les pleurs la nuit, la fatigue un peu, la joie beaucoup

Le 4 pattes, les premiers pas et les doigts malhabiles.

Je n'arrive pas à superposer cela avec ceux du grand gaillard actuel

Est ce là mon bébé ?

Est que celui qui vient de décrocher son Bac est bien le même petit gars qui noircissait si péniblement ses cahiers et récitait tant bien que mal ses tables de multiplication ?

Pourquoi je me souviens si bien du poupin si fragile et que les années qui ont suivi ont filé comme une flèche ?

J'étais ravie de lui voir souffler chaque année ses bougies d'anniversaire sans réaliser que chacune d'entre elle m'éloignait du bébé qu'il était resté dans mon souvenir.

Mon grand, mon premier

Celui avec qui j'ai tout appris du métier de maman et de mère

Celui avec qui j'ai tout fait la première fois et qui comme tout ainé, a essayé les plâtres de l'apprentissage de la parentalité.

Celui aussi qui s'est révélé si fragile et si costaud.

Je réalise que lorsqu'on devient parent, on signe sans le savoir un contrat avec la vie et avec notre enfant, contrat dont la fin arrive vers leurs 18 ans ou à la fin de leurs études. 

Quand je repense à lui, j'ai aussi le coeur qui se serre, car il n'a pas eu une enfance facile, il a eu une enfance Ortho comme je dis

Orthophoniste

Orthopédiste

Orthoptiste

Orthographe

Il n'a rien eu de grave, juste une Dyslexie, juste ce que l'OMS définit comme un handicap depuis 1993. Et une dysproprioception qui est souvent associée à la dyslexie ( 100% des dysproprioceptifs sont dyslexiques ).

La dyslexie, c'est un handicap qui ne se voit pas et qui bien que très connu, environ 1 enfant sur 10, est souvent banalisé et mal pris en charge alors que des solutions existent.

Sauf que ces solutions, il faut les chercher un peu sans bien comprendre ce handicap.  (Savez vous que si la dyslexie ne disparait pas, la dyspropriception peut disparaitre avec des corrections appropriées ?)

Ensuite il faut les faire appliquer parce que pour beaucoup, la dyslexie c'est encore juste une histoire de paresse et de travail supplémentaire.

Traite on de paresseux un unijambiste dans une course de personnes valides ? Pense-t-on qu'en le faisant courir encore et encore il améliorerait ses performances ? Pense-t-on qu'un myope sans lunettes aurait de meilleurs résultats en travaillant plus ?

Et pourtant, c'est ce qu'on impose aux enfants Dys.

Imagine-t-on qu'un sportif concourant en handisport est favorisé par rapport aux sportifs standart ou regarde-t-on l'exploit sportif au delà du handicap, voire même à travers ce handicap ?

Pourtant c'est ce que pensent certains enseignants qui rechignent à appliquer les mesures d'aide, c'est ce que disent les autres enfants et ce que finissent par penser le Dys lui même.

Mon grand est Dys et je suis fière qu'il ait fini sa scolarité sans jamais redoubler, ait passé son Bac S et intégré une école d'ingénieur en ayant passé un concours d'entrée.

Un enfant qui a 6 à l'écrit et 14 à l'oral de rattrapage.

Un Dys est toujours désavantagé à l'écrit et la différence est parfois criante.

Et c'est hélas sur l'écrit que l'école note

C'est donc un enfant que l'école a souhaité faire redoubler depuis la 6ème, orienter hors de la filière générale en 3ème, promis une fois encore au redoublement en 1ère, à qui on a annoncé l'échec au Bac au conseil de classe.

C'est un enfant que les écoles post bac IUT et DUT ont refusé et qui a réussi un concours via QCM d'école d'ingénieur, parce que les QCM jugent le savoir et la réflexion et non l'orthographe.

Je suis fière de son parcours car c'est un enfant qui ne rentrait pas dans les cases et qui pourtant a réussi juste à faire ce que d'autres font.

Un combat dérisoire mais si important parce qu'on ne doit jamais laisser les autres décider de sa propre vie.

Parce que je crois que l'administration n'a pas pris tout à fait la mesure du phénomène Dys et/ou qu'elle n'a pas les moyens d'aider tous les Dys.

Parce que je trouve inadmissible qu'un pays mette ainsi de côté 10% de sa population, sans chercher à investir en eux.

Or on le sait par les études, plus les Dys poursuivent leurs études, plus ils développent la capacité de dépasser leur handicap, et qu'ils ont aussi d'autres potentiels propres à faire valoir.

Nelson Mandela disait que la grandeur d'un pays se mesure à la manière dont elle traite ses plus petits.

Croire en quelqu'un c'est lui ouvrir les ailes.

Il y a 5 ans,  j'ai trouvé une piste à travers un commentaire fait suite à un article de FroufrouetCapucine sur la dyslexie qui m'a aidée, je me dis que peut être que la chaine peut se poursuivre sur mon blog.

Est ce qu'un article sur mes trucs pour aider mon fils dans sa scolarité vous aiderait ?

Repost 0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 08:26

Merci à vous toutes d'avoir joué le jeu et posté vos commentaires

J'ai bien souvent souri

Voici le moment du tirage au sort

Toujours la bonne vieille méthode avec un dé multi faces

Tirage au sort du jeu des 6 ans du blog

On a lancé

et hop !

Tirage au sort du jeu des 6 ans du blog

Regardons de plus près

Tirage au sort du jeu des 6 ans du blog

Mais oui, c'est bien le 4

Le commentaire 4 a été posté par Audrey qui gagne de le modèle de son choix 

Audrey, tu peux me contacter via Ravelry ou sur le mail contactsystemeb@gmail.com pour le recevoir 

Pour toutes les autres participantes, merci d'avoir partagé avec moi un peu de votre vécu, de votre passion.

Ici, les projets ne manquent pas, mais je me force à prendre mon temps, à ne pas multiplier les activités, à les finir avant de commencer un autre, et aussi de ne pas me hâter pour pouvoir commencer un autre.

Non à la polyphagie, oui au fait de savourer

C'est la condition que je me donne pour prendre soin de moi.

Mais rassurez vous, des articles, j'en ai en stock et ils seront publiés

 

 

Repost 0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 20:08

Tout d'abord un grand merci pour vos nombreux commentaires à l'occasion de mon Green Lotus.

Je ne m'attendais pas à tant de réponses, aussi positives.

Ensuite est venu le temps de la réflexion, à peser le pour et le contre d'en faire un modèle

Le contre : En ce moment, je suis super fatiguée, au point de dormir parfois dès 17h, au point d'annuler des sorties prévues de longue date, de ne pas répondre aux mails de suite, ni d'aller sur internet longtemps.

Ensuite, la vie quotidienne reste chargée, avec tout ce qu'il y a encore à remettre à plat, sans compter que je fais de la kiné pendant 1h30 tous les jours

Et je reprends le travail et mes activités associatives la semaine prochaine  et que cela suppose aussi des réunions et des travaux préparatoires.

Donc question 1 : penser à moi ou à mes loisirs ?

J'ai aussi rencontré un obstacle immédiat et très limitatif pour moi : mettre la grille dentelle nécessite de le faire avec une grille sur ordinateur

Et vous connaissez mon niveau informatique ... ce qui fait une grosse question 2

Cela m'a forcée à me plonger dedans, ce qui m'a permis déjà de pouvoir réaccéder au blog via mon petit portable et mon téléphone pour vous écrire cet article, pour le reste, je cherche encore mais cela devrait être gérable, c'est du matériel.

Question 3 : Je vais ensuite réfléchir à transposer la grille, à la développer en plusieurs tailles, à faire les rangs raccourcis sur le motif. Aurais je ensuite l'énergie/envie de gérer les tests knits ? Puis l'étape de la mise en ligne sur Ravelry ?

Bref, autant d'étapes qui ne se feront pas du jour au lendemain et qui vont nécessiter de l'investissement personnel

 

Mais le Pour tient en 3 lignes également:

- J'ai toujours aimé le partage et je ne veux pas être bloquée en cela par un soucis matériel quelqu'il soit, un soucis matériel ayant le plus souvent une solution pratique. C'est une question de liberté et d'autonomie

- Jusqu'alors, j'ai tricoté en suivant les explications, puis j'ai tricoté en bidouillant pour que cela m'aille, j'ai ensuite tricoté en transformant les modèles,

En tricotant j'ai appris des choses de moi : la patience, la persévérance. J'ai appris qu'en construisant, on se construisait, qu'en tricotant, on pouvait tricoter du lien et de l'amour, tricoter un peu de douceur pour le monde

En modifiant les modèles, j'ai commencé à développer ma créativité, j'ai laissé une porte ouverte au hasard, à l'erreur et la correction, à l'intuition, tous ces processus que la vie quotidienne ne permet pas de développer

En créant de rien, sans filet, en puisant en moi des idées, des envies, en mobilisant ma réflexion pour les concrétiser, je perçois que se développe une partie négligée de mon esprit, et que germe quelque chose -si je puis dire- de plus grand que moi, qui me dépasse

Quelque chose qui, comme avec un enfant, aura ensuite sa propre vie, sa propre autonomie en dehors de moi, de mon contrôle

J'aime bien cette idée, d'être simple vectrice, un passeur de vie

- Enfin, c'est un échange sur internet avec une autre créatrice qui m'a ouvert les yeux :

Elle m'a fait réaliser que si l'une et l'autre étions incapable de déchiffrer nos notes respectives, nous pouvions quand même comprendre la même grille de tricot

Nous étions porteuses d'un langage commun alors que nous le parlons pas la même langue, n'avons pas la même culture, vivions à l'autre bout de la planète

Ce langage commun, nous unit malgré les différences.

Car qui dit langage commun dit communication, donc échange et partage

Mais dit aussi dialogue

Et dit aussi transmission.

Ecrire mon ouvrage, c'est permettre à d'autres de le faire aussi, de le faire vivre, sous une autre forme

C'est permettre de transmettre mon -petit- savoir et ma -grande- passion.

C'est contribuer avec un rien à ce monde, mais y contribuer.

C'est ce qu'à cette étape de ma vie que je veux vivre : la transmi

Ne croyez pas que j'en attende un grand succès, c'est le processus qui me plait, c'est passer de ce que je fais dans mon petit coin, à l'ouverture, passer du Je au Nous.

Donc ma condition à moi même est de prendre mon temps, pour que cela reste un plaisir et un loisir.

Et comme si mon moi intérieur avait déjà pressenti ma réponse à mes réflexions, il m'a fait mettre sur les aiguilles un autre ouvrage 

Tiens, on dirait un autre Lotus, Blanc cette fois ci ...

Lotus ou pas Lotus ?
Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 11:59

Je vous ai abandonné quelques temps, la faute au manque de réseau, la faute à mon téléphone qui n'aime pas internet, la faute à l'application Over blog qui coince et m'efface tous mes articles après des heures de frappe sur le mini clavier.

Et l'envie aussi de faire une pause

Mais la sortie se profile, au fil des permissions de week end

Me revoici pour quelques heures devant mon ordinateur et j'en profite pour vous faire un coucou

Je réalise que ce jour est celui de l'armistice et qu'il y a là un beau symbole qui marque la fin des hostilités d'un pays qui durant quelques mois a vu ses citoyens se diviser sur des opinions très variées.

Il est venu le temps de l'armistice 

L'armistice, c'est le temps de la paix, de la concorde et de la reconstruction.

Mais peut on parler de victoire là où il y a eu des guerres ?

Alors quand on me parle de victoire, j'ai envie de citer Mandela :

"Je ne perds jamais, disait il,

Soit je gagne, 

Soit j'apprends..."

Et moi, j'ai appris la vraie patience, celle qui se nourrit de la certitude que la sortie viendra quoi qu'il arrive, guérison ou consolidation; récupération totale ou séquelle.

Cette patience là, elle est faite d'optimisme de la Vie elle même, d'un demain qui adviendra malgré moi et qui nous soulage de la nécessité de toujours vouloir, de toujours devoir faire.

Mais j'ai aussi appris le combat dans un centre de rééducation, celui fait de petites victoires répétées, sur soi même, sans complaisance puisque chaque muscle ou chaque degré acquis a été mérité

Ces victoires sont porteuses

Il me reste maintenant à revenir au quotidien et poursuivre le chemin au dehors, sans avoir tout à fait fini la rééducation, persévérer dans l'effort et seule, sans ce cocon, en affrontant soit commisération, soit indifférence. Je préfère l'indifférence 

Il me reste à revenir dans ma vie d'avant en sortant de ce temps suspendu, en douceur si possible

Et l'un des moyens, c'est de vous reparler de laine.

La suite laineuse au prochain post et en attendant, cultivons et savourons la paix au fond de nous mêmes car ce n'est qu'en la connaissant intimement que nous pouvons la faire exister autour de nous.

Repost 0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 21:23

Je voudrais vous dire merci pour votre participation au concours.

J'ai lu vos petites histoires drôles et j'ai ri aux éclats et j'ai compati aux pieds cassés, aux spaghettis mal cuits, aux petites tristesses du quotidien.

J'ai aussi eu une pensée pour ces petits bonheurs que sont les premiers pas d'un enfant.

J'ai ri à vos comparaisons entre Galimordor et Gallinacés et j'ai réfléchi à ce grand mystère de l'humanité qu'est le fruit de la naissance du terrible alligator au Mordor.

Visiblement votre imaginaire dépasse le mien.

Et j'ai souri devant vos silences et vos timidités, vos pensées pour cette communauté de partage qu'est le tricot, qui fait du bien autour de soi et en soit.

Et je rappelle à quelqu'une qu'il est illusoire d'espérer un jour que je trouve la clé à cet autre grand mystère de l'humanité qu'est le point du châle de ma grand mère 

Merci car vous avez répondu à mon appel une fois encore.

Et moi, je vais avoir la joie de désigner une gagnante.

Bien-sûr toujours avec ma méthode ancestrale, celle d'al-zahr "hasard ou chance" ou plus récemment reconnu yasara, de l'arabe "jouer aux dés".

C'est parti

 

Résultat du tirage du Galimordor

C'est le 9 !.....

Et le 9 ème commentaire depuis le début est Mireille95.

Chère Mireille, le mieux est que tu m'envoies un message sur Ravelry pour te signaler.

Sinon envoies moi un mail à contactsystemeb@gmail.com pour que je t'envoies la marche à suivre en me précisant si tu es sur Ravelry

Repost 0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 22:03

Je vous propose à l'occasion de

1 . la nouvelle Année du Coq

2. du passage en 2017

3. parce que j'en ai envie

4. parce que je suis trop débordée et fatiguée pour pondre un article digne de ce nom

5. euh...faut une raison ?

( cochez la case souhaitée)

de vous faire un cadeau : je vous offre le modèle du châle Galimordor, à télécharger sur Ravelry 

 

 

Un Galimordor à gagner

Après tirage au sort, je contacterai la gagnante qui me donnera son pseudo sur Ravelry ou son mail.

Je lui enverrai un code à entrer sur un lien, le modèle apparaitra immédiatement dans sa bibliothèque sur Ravelry.

Ce code est à utiliser impérativement avant le 31 janvier 2017.

Il faut donc que la gagnante me contacte rapidement et télécharge immédiatement le patron.

Un Galimordor à gagner

Si vous n'avez pas de compte Ravelry, il faudra en créer un, sinon vous me donnerez votre mail, je vous envoie le modèle

Il s'agit d'un modèle exclusif qui n'est pas encore à la vente.

Il est en anglais.

Il se tricote en mousse, avec une forme triangulaire. 

Il débute depuis la nuque et possède un rebord avec une mini torsade et un motif central fait de mailles croisées.

Il nécessite 914 à 933m de fil Worsted ( environ 233m pour 115g)

Il est créé par Trelly Hernandez et mesure 1, 01 m de hauteur sur 2, 03 m de large.

Voici d'autres photos

 

Un Galimordor à gagner

Si vous n'aimez pas tricoter avec des aiguilles 6,  il est très aisé de le faire avec une laine plus fine, pour un rendu plus aérien.

Un Galimordor à gagner

Pour participer, c'est très simple, il suffit de laisser un commentaire ci dessous.

Racontez moi une anecdote qui vous a touchée, vous a fait rire, vous donne de l'espoir.

Cela peut être du tricot ou pas. 

Parce que sur ce coup, c'est vous qui allez écrire et moi vous lire.

Tirage au soir demain vers 21h.

Pensez à signer avec votre pseudo ravelry ou me dire que vous n'en avez pas.

Voici le modèle Galimordor

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 21:41

Je ne vous oublie pas mais en ce moment j'ai pas mal de travail au point de presque oublier une soirée qui me tenait à cœur. Heureusement, j'ai pu arriver avant la fin et me régaler le neurone et les oreilles ( le neurone est en modèle unique chez moi) et je suis repartie avec ceci

Du bonheur

Un autre indice ?

Du bonheur

Oui, c'est Frédéric Lenoir, philosophe, chercheur et sociologue, producteur de l'émission " les racines du ciel" sur France Culture.

Ce fut un régal de l'entendre parler Amour, Méditation, Joie, religion non dans le sens du dogme ou des institutions mais du sacré et du transcendant

De l'entendre parler du Bonheur, du Mental, de l'Esprit, de l'Ego, du Devoir.

De Spinoza, de l'abbé Pierre, du Dalaï-lama et de Laurent Ruquier.

Le tout avec des mots de tous les jours, fluides et sincères.

C'est mon second livre dédicacé rien que pour môà par un auteur

...vais finir par y prendre goût.

Je reprends mon souffle et on commencera le déballage de la hotte de Noël 

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 17:50

Il est de tradition à cette période de l'année de formuler des vœux.

Ces vœux sont souvent dit avec légèreté, avec habitude, comme on dirait bonjour, avec cette insouciance des fêtes passés.

Or, les vœux, dit le Larousse, c'est un souhait particulier, un vif souhait ou un vif désir de voir se réaliser une chose

Qu'est ce donc que je pourrais vous souhaiter du fond du cœur ?

Rien de matériel, car le matériel peut s'acquérir ou on peut apprendre à s'en détacher. Il n'est donc pas besoin de vœux.

Rien de futile, vous valez mieux que cela

J'aimerais sincèrement que chacune puisse trouver la clé du sens de sa vie, que chacune trouve en elle et autour d'elle l'amour et le soutien pour traverser ce magnifique voyage mais parfois difficile qu'est la vie humaine, qu'elle puisse en partager les joies et les plaisirs et qu'elle puisse trouver aide et réconfort dans les moments de peine

Je souhaite la paix dans tous les cœurs.

Et surtout, surtout que la santé vous accompagne tout au long de ce chemin.

Je tourne avec plaisir la page de 2016 mais je suis consciente que 2017 n'est que la continuité de 2016.

Je suis tel Sisyphe, face un mon rocher et ma colline à gravir.

Sitôt arrivée en haut, mon rocher dévale la pente et je dois recommencer

Ma santé reste aléatoire et le chirurgien parle de réopération après 2 alertes en décembre.

Un second avis me laisse du répit si la radio est normale. Mais rassurez vous, rien de mortel.

Alors je pense à Kipling et je pense à Camus.

Il faut le voir heureux

Il faut me voir heureuse. Je saisis au vol tout moment de plaisir, de bien être de partage, de repos. Le travail est source de joie. La vie de tous les jours aussi. Chaque maille est savourée.

Mais ma disponibilité est différente alors je prends du recul. Tout devient précieux, tout devient réfléchi, je me connecte autrement, j'apprends la patience.

Une photo illustre mon état d'esprit actuel

 

2017

Alors à bientôt pour la suite de mes aventures tricotesques

Happy 2017 !

Repost 0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 16:18

Chaque année, à cette période, c'est la même histoire qui se répète : Celle des cadeaux laineux à glisser sur le sapin.

Je tricote tranquillement toute l'année mais à Noël, c'est magique : mes proches m'attribuent soudain des capacités sur humaine, lutinesques, Père Noëlesque

Ils me croient capables et passent commande 3 semaines avant la date fatidique, je cite :

Un bonnet sombre pour adulte, un Col pour la petite ( celle qui n'a jamais porté la jolie robe en Physalis dont j'avais cassé la SQ), un gros pull chaud pour le petit, coloré stp

Et moi, comme d'habitude, je sombre  :

- entre désespoir ( "j'ai pas le temps, j'ai rien dans mon stock qui va bien", "j'ai que des SQ"),

- interrogations métaphysiques ( "une laine pour bébé qui passe en machine, qui ne pique pas ???),

- tentative de résolution de la quadrature du cercle ( laine qui soit chaude ET superwash, gros pull ET bébé),

- réveil de l'égoïsme intrinsèque ("ah ben, j'ai une laine qui pourrait convenir mais c'est une SQ en Plucky arrachée à des heures indues lors d'une vente que je me réservais - pour quand j'aurais trouvé le modèle idéal bien sur - )

- l'envie de faire plaisir

- l'envie d'y arriver ( pfff, un bonnet ? compter un soir, un col enfant, prévoir 1 à 2 soirs, un pull en 18 mois, à peine plus, facileeeee )

- l'envie de propager l'envie de porter du laineux et du fait main.

Comme je suis une fille logique et cohérente, j'ai donc dit oui....

Il semblerait aussi que de manière tout aussi logique et cohérente, je semble être une fille qui ne sait pas dire non

J'ai donc cherché, tricoté des horreurs, défait, refait

Pendant 3 jours, j'ai cherché tout en entendant le tic tac de la montre, qui me disait " le temps imparti se raccourcit, dépêches toi"

J'ai râlé aussi, en disant que ce serait la derrière fois.

Que la prochaine fois, je dirais qu'il faudra passer commande plus tôt

Que je vais carrément dire non.

Et puis, la Magie de Noël opère :

Au détour d'un clic, on tombe sur LE modèle qui nous touche, qui nous plait à nous

On oublie la pression, on pense plaisir de faire, plaisir de recevoir.

On met la laine sur les aiguilles, c'est doux, c'est beau, les mailles montent toutes seules

On se moque du délai, on tricote

On se fait plaisir, on sort du temps imparti pour investir le temps qui passe

Et on se rend compte que l'on arrive au bout du pull.

Et on se prend à rêver que la même magie opère pour les autres ouvrages.

Et on se moque de savoir si on aura le temps pour eux, on est dans le faire, dans le plaisir d'offrir, offrir de soi, de son temps, de son possible.

Nul question de sacrifice, de finances.

Nul notion de devoir donner pour donner

On sait que ce qui sera donné sera apprécié et porté

C'est là, pour moi le secret de cette magie de Noël.

On ne donne que si cela vient du cœur.

Pour ma part, je ne peux tricoter que si j'aime ce que je fais.

Je n'aime ce que je fais que si c'est MON désir, mes conditions, mes délais.

L'an prochain, je pense que je serais plus sereine encore.

A vous êtes encore dans les préparatifs du laineux de Noël, je vous souhaite sérénité et aussi un petit vent de Magie de Noël avant le futur déballage

 

Repost 0

  • systemeb
  • le tricot est une passion dévorante, alors pour en parler des heures sans lasser les proches, j'ai ouvert ce blog
chers visiteurs, soyez prévenus, je serais intarissable. Mais n'hésitez pas à me laisser vos coms je partage volontiers mes petits
  • le tricot est une passion dévorante, alors pour en parler des heures sans lasser les proches, j'ai ouvert ce blog chers visiteurs, soyez prévenus, je serais intarissable. Mais n'hésitez pas à me laisser vos coms je partage volontiers mes petits

Recherche

Catégories

Liens